Non ou la vaine gloire de commander

Le grand film plongeant dans les racines de l’histoire portugaise n’a pas été tourné sous Salazar ; il a vu le jour en 1990, seize ans après la révolution des Œillets du 25 avril 1974. Son réalisateur, Manoel de Oliveira, est le nom le plus représentatif du cinéma du Portugal dont il a su restituer le climat culturel et […]

Philippe Vilgier

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.