À l’ombre de mon clocher : un Canaque chez Chirac

Il en rêvait, Macron l’a fait. Stéphane Martin, aux commandes du musée du quai Branly pendant plus de vingt ans, souhaitait, voici quelques mois, que ce temple de l’ethnomasochisme ambiant « se colorise, nous sommes trop blancs », car il fallait en finir avec « l’insupportable histoire de la colonisation ». Ses paroles sont visiblement allées droit au cœur […]

Francoise Monestier

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.