Michel Perrin, gentilhomme des lettres

Nous sommes au début de l’année 2003. Je pousse la porte d’un immeuble situé 46, rue Sainte-Anne, dans le deuxième arrondissement. Une cour intérieure comme il en existe tant à Paris. Des pavés et quelques plantes. Du charme et de la simplicité. En bas d’un bel escalier, une plaque, « Editions Remi Perrin ». Depuis quelques semaines, je […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.