Connexion
S'abonner

« Street-artiste » libertaire… ou violeur en série ?

L’homme s’appelle Wilfrid Azencoth. Il était une icône du monde libertaire. Sa médiatisation venait d’un slogan : « l’amour court les rues » qu’il écrivait un peu partout dans Paris, surtout du côté de Montmartre, habitant rue d’Orsel, dans le 18e, comme l’indiquent les Pages jaunes. C’était un « street-artiste », nous expliquaient émerveillés tous les gogos de « l’art moderne », [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !