Affaire Malbrunot – La vraie raison de la colère de Macron

De notre correspondant au Liban. – Depuis lundi, l’affaire Malbrunot fait la une des rédactions. Pensez-vous ! Le président Macron, tel Dr. Jekyll and Mr. Hyde, se métamorphose dans les toutes dernières minutes de sa visite à Beyrouth et passe un savon public mémorable au journaliste chevronné Georges Malbrunot, pour avoir fait au mieux son métier de journaliste !

Les raisons de l’ire présidentielle sont décortiquées par la plupart des médias français qui nous expliquent que Malbrunot aurait commis un crime de lèse-majesté diplomatique en dévoilant dans un article date du 1er septembre un aparté de huit minutes entre Mohammad Raad, patron du groupe parlementaire du Hezbollah et le président français. Or, pour discutable que soit cette légitimation du Hezbollah comme interlocuteur « normal », ce n’était pas un scoop, puisqu’il y a un mois déjà, au lendemain de l’explosion du port de Beyrouth, Raad faisait partie des personnalités politiques invitées à discuter avec le président à la Résidence des Pins. Il était également invité lundi au déjeuner offert en l’honneur de Macron au palais présidentiel de Baabda, déjeuner qu’il a d’ailleurs quitté au bout de quelques minutes pour cause de bouteille de vin haram sur la table, c’est tout dire… De plus, une radio française nationale annonçait déjà le 30 août dans l’après-midi, donc deux jours avant la publication de l’article du Figaro, qu’une telle rencontre était prévue. Enfin, Macron a publiquement expliqué à maintes reprises que jusqu’à nouvel ordre et dans l’intérêt des négociations visant à obtenir des reformes salvatrices pour le Liban, il faisait une distinction entre le Hezbollah politique et la milice terroriste.

En fait, la véritable raison de la colère jupitérienne se trouve dans un article publié le 31 août par Le Figaro et intitulé « Macron revient au Liban, face aux chefs de clan ». Malbrunot y raconte, et c’est autrement savoureux, comment le Premier ministre sunnite Saad Hariri, le ministre des Affaires étrangères chrétien Gebran Bassil et le président du Parlement chiite Nabih Berri, réunis à Paris lors de la conférence CEDRE de soutien économique pour un Liban déjà agonisant en avril 2018, avaient tranquillement exigé pour eux-mêmes et leurs partis une commission de 20 % sur les 11 milliards d’aide promis en échange de reformes structurelles, soit la bagatelle de 700millions de dollars chacun…

Cela donne une idée du bien-fondé des réclamations du peuple libanais qui exige depuis le 17 octobre 2019 le départ de toute la classe politique sans exception, ou voleuse ou complice. Dans la foulée, le journaliste a également évoqué la question des sanctions économiques dont les Libanais attendent la mise en œuvre depuis des semaines pour enfin étrangler financièrement cette mafia, et que Macron aurait fait suspendre : « S’il y a corruption ou encore des choix illégaux, les sanctions seront adoptées mais cela n’est pas la dynamique actuelle », a-t-il précisé alors qu’il se trouvait sur le perron de la Résidence des Pins. •

Sophie Akl Chedid

5 commentaires sur “Affaire Malbrunot – La vraie raison de la colère de Macron

  1. Et Présent démontre encore une fois qu’il fait mieux que Lefig, en ayant un journaliste, correspondant permanent, sur place au Liban.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.