Saint Guidon, confesseur (1012)

Guidon est né vers 950 dans le Brabant, de famille paysanne. Il était pieux et bon pour les pauvres. Le curé de Laeken, près de Bruxelles, le prit pour servir à la sacristie. Mais un diabolique marchand de Bruxelles persuada au dévot sacristain qu’en s’associant à lui il gagnerait de quoi multiplier ses aumônes. Guidon mit son avoir sur un bateau qui s’envasa dans la Senne débordée ; Guidon veut se dépanner à avec une gaffe mais elle adhère à sa main jusqu’à ce qu’il vienne faire amende honorable à Notre-Dame de Laeken. Pour faire pénitence, Guidon pèlerina sept ans vers Rome et Jérusalem. Il rentra épuisé à Anderlecht, près de Bruxelles, où il mourut, peut-être le 12 septembre 1012. « Après bien du temps », un miracle attira l’attention sur sa tombe qui était parfaitement négligée : les animaux et les humains la foulaient sans vergogne, alors on la fit enclore d’une haie. Les deux paysans qui la plantèrent se permirent des plaisanteries sur « le vieux, pourri depuis si longtemps, qu’on voulait empêcher de filer ». Ils moururent dans les deux jours. La foule s’émut, et la tombe devint lieu de pèlerinage. •

Abbé V.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.