Courrier des lecteurs

“Présent” et vous

• D’un nouveau lecteur, Aveyronnais.

En d’autres temps et lieux j’étais un lecteur assidu d’Aspects de la France. Je vais acheter mon journal chaque matin, c’est ainsi que, il y a quinze jours, j’ai par curiosité acheté votre Présent. Je m’en félicite, j’ai retrouvé une lecture qui sort des sentiers battus grâce à une conception quasi philosophique et politique que je ne trouvais plus. Merci ! Je deviens donc un de vos fidèles lecteurs.

• De José R.

Je suis toujours agacé et même furieux de voir que les courriers, appels aux dons, les appels à manifester ne mentionnent jamais le journal Présent ! C’est le cas de La Manif pour tous, SOS Chrétiens d’Orient, de Valeurs actuelles, Boulevard Voltaire, France catholique et même TVLibertés qui ne montre plus le journal du samedi. Et je dois en oublier ! Sommes-nous pestiférés à ce point ? Y a-t-il des réponses à ce traitement si particulier alors que Présent cite souvent ces mêmes médias ou offre des interviews comme à Ludovine de La Rochère ! D’une manière générale, je pense que nous ne nous faisons pas suffisamment connaître. Nous devrions nous imposer partout.

• De Dominique D. A propos de notre article « Nouvelles du CLAP : des aides à la presse comme s’il en pleuvait » (Présent du 3 septembre) :

L’autre moyen de tenir face aux oligarques est de recourir à la publicité. J’ai lu que Présent garde ses distances… Aux Etats-Unis, beaucoup d’entrepreneurs sont ouvertement conservateurs et très patriotes et ils passent volontiers des publicités dans ces journaux qui sont de leur bord. D’autres entreprises, qui se sont révélées être des antitrumpistes, ont coupé récemment (il y a environ deux ans) leurs annonces à ces journaux : que croyez-vous qu’il arriva ? Ce fut une chute, mesurée, des ventes de ces entreprises comme un retour de boomerang, et un regain d’autres annonceurs compensa la perte. Reste à savoir si les entrepreneurs français sont tous antichrétiens et antipatriotes au point de se refuser à annoncer dans un journal comme Présent. Tous, cela me semble impossible, d’autant que Présent a une bonne image qui ne peut qu’intéresser des annonceurs. Un pro de la pub aurait certainement des réponses et des propositions.

Réponse : Présent ne garde pas spécialement ses distances à l’égard de la publicité. Il est vrai que dans le passé Présent ne cherchait pas à conquérir des budgets publicitaires, et n’avait pas de commerciaux. Mais les temps changent, d’autant que des volumes publicitaires importants ne nuiraient pas au contenu rédactionnel : il suffirait alors d’augmenter la pagination. Si nous publions très peu d’encarts publicitaires, c’est tout simplement parce que l’on nous en confie très peu. Autrefois des éditeurs comme Plon ou Perrin passaient des encarts dans la presse nationale, ils ne s’y risquent pas, actuellement, par peur de campagnes diffamatoires, voire d’attaques physiques du type « antifa ». Par ailleurs, les temps sont à la diminution des budgets publicitaires. Pourtant nos lecteurs sont de gros lecteurs, de gros acheteurs de livres (on l’a encore constaté à la « journée chouanne » de Chiré-en-Montreuil). Dans la mesure où Présent part de presque rien dans ce domaine, nous ne pouvons que progresser. – Francis Bergeron. •

Présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.