Sainte Colombe, martyre (853)

Elle est l’une des martyres de Cordoue dont saint Euloge nous sa conté la mort héroïque au temps des arabes. C’était une belle jeune fille. Sa mère voulait la marier, mais Colombe refusa le parti qu’elle lui présenta. Tombée malade, sa mère mourut. Colombe se retira avec sa sœur sur la montagne dans un monastère sous la direction de son frère Martin, abbé. Là-haut, elle aimait méditer l’antienne : « Ouvre-moi Seigneur la porte du Paradis, pour que je revienne dans cette patrie où il n’y a pas de mort, mais une douce joie qui demeure à jamais. » La persécution arabe força les religieuses à revenir à Cordoue. Logée près de la basilique Saint-Cyprien, un mur seulement la séparait du chœur. Ses bonnes œuvres ne lui inspiraient aucune confiance. Elle décida d’aller au-devant du martyre en confessant sa foi devant le juge, accompagné de ses satrapes et de ses consuls. Elle vante le Christ, ils n’en peuvent plus alors on la décapite, devant le palais, après avoir donné pour boire au bourreau. C’était le 17 septembre 853. Son corps est resté intact. •

Abbé V.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.