Les Afrikaners à bout : génocide blanc en Afrique du Sud

Le 2 octobre dernier, le corps de Brendin Horner a été retrouvé torturé et pendu à un poteau près de la ferme où il était employé. Les présumés assassins de ce jeune Afrikaner de 21 ans, Sekwetje Isaiah Mahlamba et Sekola Piet Matlaletsa, ont été rapidement arrêtés et enfermés derrière les barreaux d’une prison.

Le meurtre de trop ? Rassemblés devant le tribunal judiciaire de Senekal où comparaissaient les deux criminels, des milliers de fermiers ont violemment manifesté leur agacement et pointé du doigt l’inaction du gouvernement face à ce qui ressemble à un génocide des Blancs. Ils ont tenté de pénétrer dans le bâtiment où étaient enfermés Sekwetje Isaiah Mahlamba et Sekola Piet Matlaletsa, les deux assassins de Brendin Horner, afin de les extirper de leur prison et les lyncher.

5 000 fermiers blancs assassinés

Le meurtre a fait les principaux titres des médias locaux comme internationaux. Depuis 1994, date à laquelle l’Afrique du Sud a officiellement cessé d’être un régime de ségrégation raciale, c’est plus de 5 000 fermiers qui auraient été assassinés en Afrique du Sud. Principal syndicat lié aux milieux conservateurs afrikaners, l’AfriForum a dénoncé « l’attitude nonchalante » du gouvernement sur le sujet et reposé la question d’un génocide blanc en cours dans le pays. Ce que dément formellement le président Cyril Ramaphosa. Pis, face aux scènes de violences qui ont émaillé les manifestations dans cette ville située dans l’ancien Etat libre d’Orange, le ministre de la Justice, Ronald Lamola, a publiquement condamné ces actes et promis de faire arrêter les principaux meneurs qui ont tenté de mettre le feu à un véhicule de la police. Des propos qui sont loin d’avoir apaisé les fermiers. D’autant que la question sensible liée au projet de redistribution des terres n’a toujours pas été résolue et met à mal le rêve de nation arc-en-ciel que le président Nelson Mandela a tenté de mettre en place de son vivant.

Le tribunal de Senekal a décidé de reporter l’affaire au 16 octobre. Leader de l’extrême gauche sud-africaine et très populaire parmi la jeunesse noire, le populiste Julius Malema a apporté son soutien à Sekwetje Isaiah Mahlamba et Sekola Piet Matlaletsa au nom de la présomption d’innocence. Face à la hausse de l’insécurité et ulcérés par ce meurtre que rien ne peut justifier, les fermiers ont annoncé vouloir constituer des milices armées afin de se protéger des attaques qui les visent principalement. Une montée des tensions entre les différentes communautés noires et blanches du pays, déjà malmenées par les actions locales du mouvement local Black Lives Matter, qui pourraient faire basculer l’Afrique du Sud dans une guerre civile et raciale. •

Jean-Louis Leroy

Un commentaire sur “Les Afrikaners à bout : génocide blanc en Afrique du Sud

  1. Voys pouvez enlever le conditionnel quant au nombre de martyrs. Voici donc un martyr de plus dont la gross presse française ne parlera pas. … Honneur à Présent une fois de plus.

    Les auteurs du massacre des fermiers d’origine européenne lointaine, en ex AFS et ex-Rhodésie sont certes des Africains, mais les vrais responsables sont ailleurs et ils ne seront jamais jugés.

    Les responsables sont à Londres et à New York, les membres du Royal Institute of Foreign Affairs qui n’admirent jamais que la Rhodésie et l’Afrique du Sud aient échappé à l’Empire Brittanique. On se souvient de la terrible guerre des pionniers néerlandais contre l’armée de Sa Majesté, pendant laquelle les Britanniques enfermèrent les populations civiles dans des camps pour mieux les exterminer. Horrible. politique britannique impériale là comme ailleurs.

    La Rhodésie – devenue le grenier à blé de l’Afrique et qui commit l’irréparable aux yeux de Londre en se déclarant indépendant – et l’AFS ( qui fut à deux doigts de se doter de l’arme nucléaire, aidée en cela par Israël ) étaient deux grands pays libres indépendants qui montraient un magnifique exemple en Afrique du génie européen. Ils eurent le malheur d’être envahis par des populations de pays voisins qui fuyaient la misère et la dictature et qu’ils accueuillirent. Ils eurent surtout le malheur d’être mis sous embargo par les forces diaboliques du Nouvel ordre mondial. Et l’on connait la suite : le Zimbawee et la nouvelle Afrique du Sud, états racistes anti blancs en dépit de la campagne “arc en ciel” et faisant plonger les populations tant noires que blanches dans la misère. Nelson Mandela avait été conservé en prison pendant de longues années pour être “utilisé” le moment venu… Perfide Albion qui savait bien qu’il y aurait un génocide des blancs !
    Quelques ilots blancs subsistent pour faire tourner l’industrie extractive des richesses minières, mais ils vivent dans des villages forteresses, et des fermiers plus courageux ou plus fous que ceux qui ont fui les massacres continuent à faire produire la terre, qui était devenue leur Terre. Ils sont évidemment tous armés, ainsi que leurs ouvriers agricoles européens et africains. Dans les grandes villes la situation des “petits blancs” est pire : les plus pauvres y font les décharges pour survivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.