Saints Amand et Junien, ermites (VIe siècle)

Grégoire de Tours raconte que beaucoup d’aveugles retrouvent la vue et des paralytiques la santé au tombeau de Junien, qui fut « reclus au territoire de Limoges ». Il n’ajoute aucune précision sur le personnage dont la vie n’avait pas dû comporter beaucoup d’événements. Bien plus tard, un anonyme entreprit de raconter, sans doute à l’aide des traditions locales, la vie de saint Junien et celle de son maître saint Amand. De famille noble étrangère au pays, Amand serait venu s’établir au confluent de la Vienne et de la Glane dans un domaine appartenant à l’évêque de Limoges, Rorice Ier, et nommé Comodoliacum. L’évêque prit sous sa protection l’ermite dont l’exemple fit beaucoup de bien dans la contrée. Un jeune homme, Junien, quitta ses parents pour venir le rejoindre et, après sa mort, occupa sa cellule pendant quarante ans. Il guérit miraculeusement un jeune noble, petit-fils de l’évêque Rorice auquel il succéda sous le nom de Rorice II. •

Abbé V.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.