Monte là-d’ssus… et tu verras Montmartre !

Basilique du Sacré-Cœur classée monument historique

Francs-maçons et gauchistes écument de rage

Pour un peu, on se croirait presque revenu il y a plus d’un siècle en arrière, à l’époque où la faune enragée des francs-macs et autres « bouffeurs de curés » de la IIIe République, soutenus par les anciens assassins communards, tentaient par tous les moyens d’empêcher l’élévation par Mgr Guibert et les catholiques français, sur le lieu même du martyre de saint Denis, de la basilique du Sacré-Cœur. En effet, alors que la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France, en partenariat avec la ville de Paris, a officiellement lancé mardi la procédure permettant enfin de classer monument historique la célèbre basilique de la butte Montmartre, associations laïques, francs-maçons, communistes et autres excités anticléricaux hurlent aujourd’hui au « scandale » et vont même pour certains jusqu’à réclamer son « déboulonnage » !

« L’un des symboles de Paris »

Pourtant, a pris bien soin d’expliquer Laurent Roturier, directeur de la DRAC d’Ile-de-France, au sujet de la basilique qui a fêté l’an dernier le centième anniversaire de sa consécration, « le Sacré-Cœur est l’un des symboles de Paris. Il est l’édifice le plus visité de la capitale depuis que Notre-Dame est convalescente » et accueille « plus de 10 millions de visiteurs chaque année ». Or, « aussi étonnant que cela soit, il n’est pas protégé au titre des monuments historiques », et « son architecture méritait cette protection ». D’où cet « avis favorable unanime », rendu mardi par les membres de la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture d’Ile-de-France, à une inscription de la basilique « au titre des monuments historiques » avec « un vœu de classement ». Vœu qui sera étudié « d’ici juin 2021 » par la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture, puis arrêté par le ministre de la Culture.

« Ça n’a rien à voir avec la Commune » !

A moins que les professionnels de l’anticléricalisme et autres enragés christianophobes ne réussissent à faire échec à cette démarche. Car, depuis l’annonce de la DRAC mardi, ceux-ci ne cessent de remuer ciel et terre. A commencer par Philippe Foussier, l’ancien grand-maître du Grand Orient de France, qui s’est empressé de dénoncer mercredi sur Twitter « une provocation et une insulte à la mémoire des 30 000 morts de la Commune », en expliquant, avec un mépris total pour la vérité historique, que ce monument « mériterait au contraire un “déboulonnage” » parce qu’il a été « érigé pour faire payer aux Parisiens leur résistance aux Prussiens puis aux Versaillais »… Une affirmation évidemment stupide car, comme l’a très justement rappelé dans Le Figaro Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’architecture à la Sorbonne et président d’honneur de l’association Sites & Monuments, « ça n’a rien à voir avec cette histoire de la Commune ». En effet, a-t-il ajouté, « c’est un monument [dont la construction] a été décidée à la fin de l’année 1870 », soit « plusieurs mois avant le début de la Commune » (18 mars 1871) ! Ce qui, de l’aveu même Karen Taïeb, adjointe à la maire de Paris chargée du patrimoine, n’a cependant pas empêché Anne Hidalgo, pour donner satisfaction à ses amis anticléricaux, de demander également au passage le classement du square Louise-Michel… •

Franck Deletraz

2 commentaires sur “Monte là-d’ssus… et tu verras Montmartre !

  1. La ré-écriture de l’histoire est d’autant plus flagrante qu’en 1871 l’ensemble des Loges s’opposait frontalement à la Commune.

  2. TOUT ARTICLE “PRESENT” 18/10/20
    Pas un mot sur le scandale Hunter Biden, pour ne pas se désolidariser frontalement de la presse majoritaire.
    Je suis d’une famille catholique traditionnelle. Je connais la canaille catholique, dont Présent est si caractéristique.

    Il y a deux tartufferies indépendantes chez les catholiques de l’OUEST :
    1 la tartufferie du clergé ;
    l’archétype est Monseigneur Gaillot : présent au premier rang de toute manifestation “sans-papiers” des années 2000-2010, et empêtré aux dernières nouvelles dans la pédophilie ; le pas-de-répression des “antifascistes” du clergé est toujours indissociable du libre-dépravation.
    (Quant au clergé sincère, il est soit performant en doctrine sociale, qui à 99% est simplement une doctrine socialiste, soit en kilomètres de théologie vaseuse qui explique la théologie vaseuse précédente, et n’a jamais fait avancer le monothéisme d’un centimètre dans le cœur de l’humanité, au contraire) ;
    2 la tartufferie des catholiques laïques ;
    leur message de paix et d’amour pour tout le monde n’a qu’une différence avec le “Peace and love” dégénéré des années 60 : les beatniks avaient de la voracité pour l’inconnu, les catholiques laïques une voracité pour le connu, qui masque une propension à laisser les autres se battre, et à peupler les ” z o n e s d é s a r m é e s ” . Les véritables saints n’ont cherché à fuir la souffrance ni morale ni physique de leur communauté ethnique, et pendant des siècles de naissance de l’OCCIDENT n’ont jamais condamné ceux qui se battaient pour leur terre, leur clan, et finalement leur chair : la famille.
    Vous observerez que les catholiques laïques perdent leurs inhibitions dans un seul cas : la haine des patriotes identitaires.
    Pas des actions éventuellement excessives des identitaires, mais des identitaires en soi, que les catholiques laïques attaquent violemment même dans un débat paisible.

    Deux tartufferies d’une exquise harmonie.
    Le détachement des entreprises politiques, corollaire de la spiritualité, est à peu près aussi imperceptible aujourd’hui chez les catholiques que chez les cadres de la CGT, ou les écolos de l’apocalypse ; par contre ils débordent d’affectivité pour les hommes, les animaux, les plantes défavorisés ; ils gémissement avec plus de componction que la moyenne aux unes de la presse ; ils maîtrisent l’amalgame de l’amour chrétien avec divers attendrissements, comme l’attendrissement pour toute ordure emprisonnée, ou pour les pilleurs “héréditaires” qu’ils appellent nos-jeunes-rejetés-par-la-société, etc..
    Leur aversion pour la conquête physique sans fin du bien, opposée à l’incarnation sans fin du mal, a toujours maintenu la FRANCE, à l’heure de vérité, dans les chaînes de la chienlit ; le récent sacrement de l’hermaphrodite président, c’est eux.
    Le jour n’est pas si loin où leur humanisme libéral condamnera Jeanne pour discours de haine, et leur inspirera de cracher sur ses statues avec Black Knives Matter.
    Les catholiques sont devenus, à l’apogée du marxisme au XX°s, par leur peur intrinsèque des sujets conflictuels, des crypto-socialistes, autrement dit des “progressistes” polyvalents passe-muraille pour se caser.
    Maintenant, ils ne cherchent pas DIEU ingénument dans les métamorphoses de la gauche, mais à L’y caser.

    Roland Paingaud rue des Ecuries 04320 ENTREVAUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.