Une nouvelle ère de martyrs

La chronique de Julien Langella « Le martyre constitue un élément constant de l’histoire de votre peuple », écrivait Jean-Paul II aux Arméniens, dans sa lettre commémorant le 1 700e anniversaire du baptême de l’Arménie, le 2 février 2001. « L’emblème en est le sacrifice de Vardan Mamikonian et de ses compagnons [à] la bataille d’Avarayr (en 451) contre le sassanide Iazdegerd II qui […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


2 commentaires sur “Une nouvelle ère de martyrs

  1. Les Arméniens vaincus à Avarayr ne furent pas des martyrs. Noblesse et paysans se battirent et tuèrent autant de Perses qu’ils eurent de tués. Et finalement l’Arménie échappa à la conversion forcée au zoorastrisme..

    Cette bataille comme tant d’autres menées par des peuples chrétiens pour survivre, montre que nous ne résisterons et ne vaincrons l’ennemi qui nous assaille que si et uniquement si notre Royal pays est à nouveau dirigé par un roi chrétien, monarque absolu ( au pouvoir tempéré ) et de droit divin ( avec l’autorité de la Loi naturelle).

    Au lieu de quoi nous sommes sous le joug de dirigeants qui sont complices de l’envahisseur.

    Une intervention divine permettra de dénouer le dilemme actuel : se soumettre à l’islam ou mourir, mais rien ne pourra se faire finalement sans l’unité d’une patrie retrouvée autour de son roi. Tous les renoncements du système de démocratie, athee et ennemi de Dieu chrétien ( et non ” laïque ) le démontrent : nous sommes emmenés vers les abîmes, petit à petit, décennies après décennies. C’est ce vers quoi nous devons tendre et préparer notre peuple, sans attendre.

    La route sera longue puisqu’il faudra se battre sur tous les fronts, y compris pour rebâtir une Église digne de ses fondateurs et de sa longue histoire. Sur ce point le travail est en cours grâce à la FSSPX et aussi, c’est moins connu, grâce aux Orthodoxes français, héritiers du premier évêque des Gaules : saint Martin. Puisse l’unité des catholiques et orthodoxes se réaliser en France, comme l’entreprit le pape Benoît, nous serons d’autant plus forts.

    N’attendons pas : au trabail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.