Connexion
S'abonner

Élections américaines : le hold-up des démocrates

Correspondant permanent aux Etats-Unis. Il était minuit et quarante-deux minutes, mercredi 4 novembre, lorsque ce hold-up eut lieu. Joe Biden, rival démocrate du président Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche, sortit de sa tanière du Delaware et, devant quelques complices, annonça qu’il était en train de remporter l’élection. Ton enjoué, humeur confiante, atmosphère festive. Premier acte du hold-up : l’effet psychologique. Alors que le dépouillement battait son plein, il tenait à être le premier à briser le suspense, à injecter un événement, à prendre position afin de saper toute initiative de l’adversaire qui se trouva subitement en retrait, diminué par un coup d’audace inattendu.

Deuxième acte : le gel des États clé. Dans cinq d’entre eux, parmi lesquels la Pennsylvanie, tous ceux qui se penchaient sur des enveloppes pour en extirper un bulletin de vote avant de le placer sur l’un des deux tas devant eux s’arrêtèrent comme un seul homme dès que Biden apparut sur les écrans de télévision. On aurait dit un signal.

Troisième acte : le bilan du forfait. On s’aperçut très vite que le dépouillement s’était arrêté net au moment précis où furent ouverts les sacs postaux provenant de circonscriptions ayant voté massivement pour Trump en 2016 et pour les républicains en 2018. Curieux hasard. Le hold-up était signé.

Biden défie Trump

Ce fut à la fois une signature et un défi. En s’attaquant directement aux voix sur lesquelles Trump comptait pour gagner, Biden montrait le jeu démocrate. Et en devançant le républicain par un éclat oratoire, le démocrate lui déclarait une guerre totale, absolue. L’arène démocratique revêtit d’un coup le spectre d’une arène sanglante, celle des mises à mort après un combat impitoyable. Le hold-up tournait à la fusillade. Désormais, on tirerait à vue et sans sommation. Dans l’aile orientale de la Maison-Blanche, transformée en forteresse par crainte de soulèvements violents, Trump rassembla quelques fidèles pour leur dire, peu après 2 heures du matin ce fameux mercredi, sa révolte, son écœurement mais aussi sa volonté de riposter, de se défendre, de faire valoir ses droits à la victoire. « Ce coup, je l’ai vu venir, confia-t-il. Ils savaient qu’ils ne pouvaient pas gagner. Alors ils ont enrayé la phase ultime de l’élection pour introduire dans le système des millions de bulletins acheminés par la poste. Ils ont l’intention de les dépouiller avant les bulletins de ceux qui ont voté personnellement le 3 novembre – des républicains, en majorité. C’est un scandale. C’est honteux pour l’Amérique. »

Et dans un soupir, Trump ajouta : « Nous étions sur le point de gagner l’élection – franchement. » Il cita les cinq Etats – tous dirigés par des démocrates – devenus un champ de bataille qui désignera le vainqueur : Michigan, Caroline du Nord, Géorgie, Arizona et Pennsylvanie.

Une équipe de choc autour du président

La Pennsylvanie, Etat emblématique de ce drame national. Trump s’y déclara vainqueur en arguant qu’avec près de 500 000 voix d’avance, il était impossible à rattraper. De plus, il fit remarquer que trois circonscriptions à forte charge populiste n’avaient pas encore été comptées. Quand le seront-elles ? Mystère. Et d’où viennent les sacs postaux avec des bulletins qui, eux, ont déjà été comptés ou le seront bientôt ? Autre mystère. C’est pour répondre à ce genre de question et aussi pour dénoncer et traquer toute fraude que Trump a réuni une équipe de choc. Rudy Giuliani, ancien maire de New York, et Pam Bondi, ancien ministre de la Justice de Floride, en sont les figures de proue. Leur mission : vérifier la légalité des votes. Chaque vote doit compter, c’est entendu, mais à condition qu’il soit émis dans les rigueurs de la loi. Cette loi bafouée par ceux qui bourrent les urnes, votent deux fois ou imitent la signature d’un inscrit.

En Pennsylvanie et dans le Michigan, on a vu plus méprisant : des chefs de bureau de vote interdisant aux inspecteurs républicains d’assister, comme c’est la coutume, aux opérations de dépouillement afin de vérifier leur déroulement loyal. Seuls les observateurs démocrates furent admis. Plus commode pour remplacer les bulletins de Trump par ceux de Biden. Car cette fraude existe. Des indices le montrent. La suspicion s’avère légitime au milieu de cet épouvantable climat de haine.

Restent les preuves. Selon l’équipe de juristes, celles-ci abondent. Giuliani et Bondi n’auront aucun mal à constituer leurs dossiers : faits, témoignages, documents sont là pour étaler tous les ressorts de la machination des démocrates encadrés et encouragés par l’appareil du Deep State. On revient au coup de force feutré, insidieux, qui corrompt les institutions sans faire de bruit, en préservant les apparences. Avec la complicité des gros médias et de la quasi-totalité de l’establishment, tout devenait possible. Même cette ultime attaque contre Trump dans ses efforts pour sauver l’Amérique. C’était la dernière carte du Deep State. On la sentait venir comme une fatalité, comme le chant du cygne de la subversion. Celle-ci ne s’embarrassa pas de moyens : un grossier hold-up, avec en plus une prise d’otages : ceux qui ont voté pour Trump. Où se trouvent leurs voix ? Giuliani et Bondi sont chargés de les découvrir et de les imposer. Au prix d’une série de procès, dont certains sont déjà engagés. Combien de temps dureront-ils ? Impossible de le savoir pour l’instant.

Trump a-t-il des chances de gagner ? De bonnes chances, mais il suffirait qu’il perde deux Etats pour que Biden l’emporte. Pendant quelques jours, quelques semaines, on sera sur le fil du rasoir. Avant l’inauguration officielle de Trump ou Biden le 20 janvier prochain, le scrutin présidentiel donnera l’impression de se poursuivre, mais sans électeurs et sans bureaux de vote. Etrange situation. Seuls, des millions de bulletins papillonneront dans l’atmosphère des tribunaux et la fièvre des batailles judiciaires. La plupart pourraient aller jusqu’à la Cour suprême. Là, Trump espère qu’ils seront accueillis par Amy Barrett, « son » juge pour temps de crise. Cette mère de sept enfants, à qui on a tant reproché son aversion pour l’avortement, se glissera peut-être dans la peau d’un bourreau : celui des fraudeurs. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

6 commentaires

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Dominique - 6 novembre 2020

Donald Trump avait prévenu du chaos qui serait du au vote par correspondanceet, mais il n'avait pas àa connaissance prévu une telle fraude dans le système électoral organisée dans les états Démocrats. N'y a-t-il pas eu un défaut d'anticipation chez les Républicains ?

Je pense par exemple aux états dont le gouverneur est Démocrats, mais où la Chambre est Républicaine et qui aurait pu légiférer en temps utile pour que les bureaux de votes soit fermés aux nouvelles arrivées de bulletins postaux après leur fermeture. Les électeurs ont disposaient de mois pour poster leur bulletin.

https://thenewamerican.com/massive-vote-fraud-across-u-s-as-trump-decries-attempted-coup/

Dominique - 7 novembre 2020

Trump est assurément un homme de foi qui se bat depuis des années pour restaurer le projet initial des Etats-Unis et le rêve américain. Il représente aussi la majorité du peuple traditionnel américain. qui est patriote, chrétienne et éprise de liberté : elle s'est reconnue en lui et l'a imposé au.parti Républicain. Mais l'autre partie du peuple est manipulée par la pieuvre CFR avec son " État des profondeurs " et ceux ci tiennent tout le pays depuis des décades.

Trump est donc le caillou dans l'omelette des banksters mondialistes et de leurs complices, : gross médias, GAFA, etc. FBI. CIA. qui sont des mafieux qui tiennent les Etats-Unis. Ceux là que dénonçaient déjà Eisenhower et JF Kennedy.

Le coup d'état qui est en cours fait suite à toutes les manoeuvres des Democrats depuis plus de 4 ans contre Donald Trump. Il était prévisible ( étant donné la violence des attaques permanentes) et aurait pu être écarté si :

1. Les parlements des états et de l'état fédéral avaient réformé cet exécrable système électoral par vote postale qui fut développé par les Démocrats pour frauder. Les ? Républicains ont gravement failli.

2. Si le FBI avait déjoué les fraudes qui ont permis aux Democrats d'acheter des votes, depuis des mois que les bulletins de vote ont été envoyés aux électeurs. Des centaines de milliers de vote frauduleux - réellement frauduleux ou "achetés" à des citoyens qui ne votent généralement pas - ont été soit envoyés par la poste, soit moissonnés ( c'est le ballot harvesting") et secrêtement conservés :

... ce sont ceux là que des véhicules privés ont apportés dans les centres de comptage ( des "swing states ou Trump était largement en tête ) durant la nuit électorale qui a suivi le scandaleux l'arrêt des comptages.
Il eut fallu aussi sécuriser les bulletins postés dans les quartiers Républicains et sécuriser le système postal ou des militants Démocrats ont détruits ces bulletins ou permettre à es activistes Républicains de les remplacer par des bulletins pour Biden. Ceci est avéré : il y a des preuves.

Mais le FBI est toujours une machine aux mains de l'Etat des profondeurs et sa TRAHISON est évidente sinon ce complot électoral aurait été déjoué : l'Administration Trump n'a.pas eu le temps de faire le ménage...

La manoeuvre a donc été énorme, mais elle aurait aussi pu être empêchée si les Républicains avaient osé constituer des groupes de supporters de Trump, suffisamment nombreux pour empêcher que ces bulletins frauduleux ne parviennent durant la nuit dans les bureaux de vote, après la clôture
Et idem pour les sacs postaux arrivant après la clôture des bureaux. C'eût été possible si l'équipe de campagne Républicaine avait écouté Trump... qui appelait à la vigilance face au chaos à venir du vote à distance ! Des centaines de milliers de Proud Boys et d'autres patriotes auraient monté la garde dans les comtés où la fraude, connue et prévue, allait avoir lieu. Ils n'ont pas osé, ou ont été inconscients.

Maintenant le mal est fait et FoxNews proclame à l'avance, faussement, que tel ou tel état est déjà gagné par Biden : manoeuvre psychologique par fausses nouvelles !

Que faire ?
Le recomptage n'aura aucun intérêt car les faux bulletins auront été mêlés aux vrais. On décèlera éventuellement des anomalies, on récupérera aussi de caisses de bulletins de militaires bloqués ci et là, mais cela n'éliminera pas les centaines de milliers de bulletins frauduleux que les Démocrats ont amené la (les) nuit(s) dans les 4 ou 5 états où ils ont - ensemble - arrêté les décomptes au cours de la première nuit ! Ni les fraudes dans les centres où les observateurs ont été ensuite refoulés : il y a notamment des vidéos montrant des personnes y remplissant à la volée des bulletins vierges !

Le seule solution, dès lors que les fraudes importantes seront avérées et portées devant les tribunaux, serait, pour les tribunaux : d'ANNULER les élections des "countees" concernés et de faire REVOTER. C'est la loi.

https://www.frontpagemag.com/fpm/2020/11/video-confronting-dems-election-steal-frontpagemagcom/

En attendant Donald Trump se bat comme un lion, mais contre tout un système énorme qui se déchaine. Les quelques guerriers de sa trempe qu'il a autour de lui sont démunis devant ce scénario maléfique déroulé par les Démocrats. Il eut fallu déployer des contre-mesures en temps utiles.

On peut comprendre, dans ces conditions, que les Démocrats n'aient pas eu besoin d'un brilliant candidat et que celui ci, Biden, soit resté dans sa propriété sous prétexte d'épidémie ... rabachée.
Pas besoin non plus de réunir plus d'une douzaine de supporters lors de ses quelques meetings :

... les Démocrates préparaient en effet cette formidable fraude électorale, surtout dans les " swing states " ! Et ils vont dérouler d'autres coups, qui ont forcément été déjà élaborés, contre le président-candidat. Bisen va constituer un "gouvernement", les gross médias vont lancer une campagne pour que Trump reconnaisse sa " défaite ", toutes les entraves aux recours juridiques vont être créées, et les idiots utiles BLM et Antifa pourront menacer la Maison-Blanche etc...

Trump a joué les cartes de la vérité et de l'honnêteté, restant toujours dans le cadre des institutions. Il aurait pu faire inculper Hillary, Comey, Brennan, et tant d'autres ( et même Biden ) et handicaper sévèrement tous ces dangereux ennemis de la Démoctatie en Amérique, et effrayer les autres ennemis.
Trump a aussi été trahi par des Républicains : Mac Cain ! Ryan ! Etc. Et aujourd'hui où sont Pompeo et Bar le ministre de la justice qui n'a pas fait aboutir l'enquête contre les conspirateurs ? On ne les voit pas.

Dur dur dans ces conditions pour David de vaincre Goliath. Et pourtant c'est David qui fut vainqueur !

Dominique - 8 novembre 2020

Preuves de la fraude électorale organisée à grande échelle par les Democrats :

1 - Le témoignage d'une scrutatrice dans un centre de dépouillement du Michigan. Non partisane elle dit avoir été volontaire pour aider au déroulement du processus, dans une équipe des Republicains.

Elle explique les irrégularités qu'elle a observées ( dont les "recopies" de 7.000 bulletins de militaires ! ) et comment elles et ses collègues furent entourés par des gaillards de 1.8 m. vêtus en noir et portant des masques noirs marqués BLM, menaçants pour les intimider dès qu'ils posèrent des questions gênantes au superviseur.

" De 1 h à 4 h du matin il n'y avait plus de bulletins à traiter mais à 4 h du matin sont arrivés trois véhicules CIVILS immatriculés en.dehors de l'état du Michigan, dont une Ferrari, apportant des caisses de bulletins. " Elle les a comptées : 61 ! Elle a entendu le chiffre de 130.000 nouveaux bulletins !

https://www.thegatewaypundit.com/2020/11/felt-like-drug-deal-asian-american-ballot-observer-detroit-describes-mysterious-van-dropping-off-61-boxes-ballots-4-video/

La personne s'exprime en chinois et il y a un bon sous-titrage en anglais.

2 - Par ailleurs une copie de deux écrans des résultats montre que, entre un taux de votes de 90,9 % ( Trump menait alors avec 200.000 voix d'avance ) à 93,8 %, Trump n'a enregistré AUCUN nouveau vote et Biden de l'ordre de 140.000 !

( Thegatewaypandit est un média numérique fondé par Jimmy Hoft, qui est un vrai "conservateur". Il anime une équipe de journalistes et ses ressources proviennent de la publicité ).
...
Que le parti Republicain n'ait pas organisé la surveillance massive des bureaux de dépouillement montrerait - si c'est le cas - un défaut de compétence grave, car les volontaires n'auraient certainement pas manqué de répondre à l'appel.

Dominique - 8 novembre 2020

Autre exemple de fraude, organisée entre autres par la sénatrice révolutionnaire Ilian Omar et dénoncée DEPUIS des mois, preuves à l'appui, par des médias non mainstream. Mais le ministère de la justice et le FBI n'a rien fait ... ni le parti Republicain.

Il s'agissait de voler des bulletins blancs un jeu d'enfant pour des employés complices travaillant à la Poste notamment les chauffeurs qui distribuent le courier. Rachetés - car l'argent a coulé à flot - par les réseaux Democrats, ces bulletins blancs pouvaient être ensuite remplis, mis de côté et être utilisés en temps utile.

https://www.frontpagemag.com/fpm/2020/11/project-veritas-james-okeefe-exposes-election-frontpagemagcom/

Un moyen de fraude parmi tant d'autres ( dont le démarchage à domicile de la classe pauvre qui ne vote pas), pour remplir le bulletin à la place de l'électeur ... moyennant des dollars.

Un autre moyen ? L'information est récente : un employé a découvert une "faille" dans le système informatique, qui a permis d'attribuer à Biden 7.000 votes pour Trump ! Et le même programme est utilisé dans de nombteux countees.
...
Le système électotal des USA permettant le vote postal est POURRI et il permet toutes les fraudes imaginables. Le dépouillement n'est pas réalisé comme en France dans une infinité de bureaux de vote qui deviennent, le soir, les bureaux de dépouillement où tout est réalisé par des citoyens et à la vue de tous. En France tout est bouclé en une journée et le résultat connu dans la nuit ! Aux USA la procédure postale et " en personne " s'étale sur des mois, et le dépouillement peut durer longtemps dans les états qui ont décidé d'accepter les bulletins postaux plusieurs jours après la clôture !

La pieuvre CFR et son Etat profond a cette fois vraisemblablement utilisé toutes les fraudes possibles et à très grande échelle, en surfant sur la peur du virus créée à l'envie par les Democrats pour pousser la voie postale, mère de tous les vices ; et en finir avec la république si Trump et les siens ne gagnent pas devant les cours judiciaires.

Dominique - 8 novembre 2020

Lou Dobs est un journaliste de FoxNews qui sera peut être victime de la purge qui frappe déjà Foxnews. Il a interrogé.Tom Fitton le président de Judiciak Watch récemment nommé par Donald Trump au département de la justice, et Sidney Powell l'avocate qui a sauvé le général Flynn de la machination du FBI.

Tous deux savent que les programmes informatiques Hammer et Scorecard ont permis aux DIRIGEANTS Democrats d'états ( gouverneurs, procureurs, maires...) de détourner volontairement des votes en faveur de Trump, vers Biden. Sidney Powell chiffre ce détournement par CENTAINES DE MILLIERS de voix, dont 50.000 dans le seul Michigan ! Cette avocate ne parle jamais sans avoir un dossier constitué.

Selon eux les experts en informatique du Département de la Défense ont les moyens d'auditer ces deux programmes...

En fouillant un peu on parvient à trouver des informations qui montrent l'énormité de la fraude, et son organisation planifiée et mise en oeuvre par les Democrats pour cette élection des grands électeurs.

Pas plus que le peuple Français, le peuple Américain qui regarde les gross médias ne sera au courant. Par contre les Américains ont beaucoup de médias "alternatifs" et d'organisations militant pour la liberté, dont nous manquons en France.

https://www.citizenfreepress.com/breaking/sidney-powell-hammer-and-scorecard-were-used-to-steal-election/

Dominique - 8 novembre 2020

Curieux d'en savoir plus sur ce programme SCORECARD j'ai parcouru les commentaires, et ai trouvé ceci :
https://www.youtube.com/embed/RR6m_2_C2rc
https://youtu.be/RR6m_2_C2rc

Un lieutenant général de l'armée, en retraite, explique que ce programme a été acquis sous OBAMA pour MODIFIER le résultat des élections à partir d'une application de la CIA et de la NSA : Hammer, conçue dans le cadre du mensonge Russie-Trump.

Cela parait incroyable, c'est pourquoi Steve Bannon demande au général de présenter ses états de services.

La note de Youtube pour ceux qui comprendront mal ce général :
Lieutenant General Thomas Mcinerney blows the lid off the counting system used for election 2020. This system is called Hammer/Scorecard and was acquired by the NSA and CIA under Obama.
This may be why we are catching glitches already.

Mcinerney is saying 3% of the vote is being changed from Trump to Biden.

This is why in a flash, we are seeing massive leads by Trump vanish in the blink of an eye, showing 100% vote for Biden and zero for Trump. Hold onto your hats, my friends.

Traduction : " TROIS POUR CENT des VOTES Trump sont CHANGÉS en votes Biden ... C'est ainsi que des avances de Trump ont fondu en un flash, montrant des votes à 100% pour Biden et 0 % pour Biden.". Ce qui répond à la QUESTION de Trump durant la nuit des élections : est il informé de l'existence de ce programme ?

Le général annonce que cette terrifiante manipulation des résultats des votes s'inscrit dans le " cyberwarfare " qui transforme la démocratie des Etats-Unis en une dictature.

La présence de Sidney Powell ( avocate du gal Flynn ) laisse penser que c'est par son intermédiaire que Bannon a connu ce Lt Gal. Dans l'interview de Lou Dobs elle précisait que l'armée a les moyens d'analyser ces programmes ... L'armée contre la CIA le NSA et les fraudeurs de Biden ? 😊
...
Steve Bannon a créé cette nouvelle chaine d'infos sur imternet :
https://americasvoice.news/about/
...
Voir également :
https://blackboxvoting.org/
https://blackboxvoting.org/fraction-magic-video/
... explique le changement "magic" des votes, magic comme a déclaré et tweeté Trump.

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !