Pourquoi il faut aider “Présent” !

“Présent” et “Le Bien commun”

Présent vient de créer l’APFL, ou Association pour la presse française libre, qui permettra de recueillir vos dons et de vous procurer la défiscalisation légale du don à hauteur de 66 %, dans la limite de 20 % de vos impôts. Voici pourquoi la presse écrite, et singulièrement, Présent a besoin de ce soutien.

Le Bien commun est l’une des revues partenaires de Présent au sein de la jeune association APFL. Créée en novembre 2018, cette publication mensuelle (onze numéros par an) a pris la succession de la revue L’AF 2000 (AF comme Action française). Le Bien commun se veut en effet le successeur des publications d’après-guerre qui ont perpétué le souvenir de l’organisation politique royaliste, et notamment Aspects de la France qui joua un grand rôle dans le monde intellectuel des années 1950 et 1960. Parmi ses rédacteurs, on trouve sans surprise des membres du bureau politique de l’AF, mais aussi des invités, dont beaucoup sont des amis de Présent.

C’est donc un vrai plaisir que de monter des projets communs avec une telle revue. L’AF, organisation monarchiste très active sous la IIIe République, grâce à Maurras, Bainville et Daudet, notamment, a toujours été une école de pensée aux vertus formatrices. Et aujourd’hui encore elle attire beaucoup de jeunes gens : ils étaient plus de 250, venus se former, lors du dernier camp d’été.

Présent aura certainement d’autres occasions de développer des projets communs avec cette pépinière de talents. Mais en attendant, Présent doit continuer à paraître, et se développer. C’est pourquoi, en cette fin d’année, vos dons (défiscalisables) sont plus que jamais essentiels à la poursuite de l’aventure de Présent, qui est aussi votre aventure, une aventure collective. •

Faire un don

Francis Bergeron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.