Saint Silvestre, évêque de Chalon-sur-Saône (530)

A dix-huit ans, sans avoir averti ses parents, saint Césaire se présenta à l’évêque de Chalon-sur-Saône, Silvestre, le suppliant de lui couper les cheveux et de lui donner l’habit pour l’arracher pour toujours aux soucis du monde. Silvestre y consentit, et deux ans plus tard ce jeune clerc si vertueux abandonna sa patrie pour se rendre à Lérins. Silvestre siégea au concile d’Epaone en 517 et à celui de Lyon tenu entre 518 et 523. On suppose que l’évêque saint Agricola, sacré en 532, fut son deuxième successeur. D’après Grégoire de Tours, Silvestre gouverna l’Eglise de Chalon pendant quarante-deux ans ; son épiscopat aurait commencé vers 480 et se serait terminé en 530. Grégoire de Tours raconte que Silvestre mourut « plein de jours et de vertus ». On mettait sous son lit des malades qui souffraient de la fièvre et ils étaient guéris instantanément. Le lit miraculeux fut transporté dans le trésor de l’église. Beaucoup de fidèles coupaient un morceau des cordes dont il était tissé et ces reliques accomplissaient des miracles : la mère de Grégoire guérit une jeune fille prise de frissons en lui suspendant au cou un petit bout de ces cordes. •

Abbé V.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.