Google et « la presse de qualité »

Pourquoi il faut aider Présent

Présent vient de créer l’APFL, ou Association pour la presse française libre, qui permettra de recueillir vos dons et de vous assurer la défiscalisation légale du don à hauteur de 66 %, dans la limite de 20 % de vos impôts. Voici pourquoi la presse écrite et singulièrement Présent ont besoin de ce soutien.

Google, c’est le « G » de GAFAM. Les géants du numérique, que synthétise l’acronyme GAFAM, sont actuellement sur la sellette, pour des raisons fiscales, et également du fait qu’ils pillent les informations des autres médias sans leur verser de droits. Aussi mettent-ils actuellement au point, en liaison avec le gouvernement, des fonds destinés à payer directement des droits aux médias, plutôt que des taxes aux Etats, qui les redistribueraient aux médias. Google vient d’indiquer à qui il versera 20,1 millions d’euros, en France. Google donne l’exemple du Monde, bien entendu, qui, bien qu’appartenant déjà à un multimilliardaire, doit recevoir une bonne part de cette subvention pour l’aider à augmenter ses abonnés numériques. Pour Google, Le Monde est un modèle de « presse de qualité ». Il faut dire que son positionnement politique est parfait : de gauche, voire d’extrême gauche (le recyclage journalistique de trotskistes y a toujours été pratiqué à grande échelle), il n’en est pas pour autant communiste, et n’est plus maoïste depuis longtemps. Il ne fait plus l’apologie de la pédophilie (comme en 1977) et ne nie plus le génocide khmer rouge (comme en 1975). Le Monde, c’est juste la gauche comme Google l’aime.

La liste des médias et outils de presse français subventionnés par Google comporte notamment les titres suivants : Le Monde, comme indiqué, et aussi 20 minutes, l’AFP, Bayard Presse (La Croix), Challenges, Courrier international, L’Express, La Dépêche du Midi, Nice-Matin, La Nouvelle République, Le Figaro, Le Parisien, Le Télégramme, Les Echos, Libération, Paris-Normandie, RTL, Ouest-France, Têtu (revue homo), TF1. En bref, tous les subventionnés par Google ne sont pas de gauche ou « progressistes », mais toute la gauche y est.

Sauf erreur, on n’y trouve pas Valeurs actuelles, ni l’OJIM, Eléments, Causeur, L’Incorrect, Réfléchir & Agir, Politique Magazine, Le Bien commun, Monde & Vie, TVLibertés, Radio Courtoisie, Boulevard Voltaire, CNews, Lecture et Tradition, Le Salon beige, ni Présent, bien entendu.

Par ce genre d’artifice, on arrive vite à la situation des Etats-Unis, où 4 % des médias soutenaient Trump et 96 % Biden. En France, si nous représentions ne serait-ce que 4 % de la surface médiatique, nous serions les rois du monde ! Aussi, en cette fin d’année, vos dons (défiscalisables) sont plus que jamais essentiels à la poursuite de la parution du journal. •

Faire un don

Francis Bergeron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.