Connexion
S'abonner

L’Amérique termine mal l’année

De notre correspondant permanent aux États-Unis – Joe Biden, élu président des Etats-Unis le 3 novembre dernier par la grosse presse aux ordres du globalisme, ne s’est pas contenté de multiplier les tours de piste pour bien montrer qu’il était désormais un personnage important. Il est allé plus loin. Ou plutôt, on l’a obligé à faire davantage [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

4 commentaires

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Oivier SABARY - 30 décembre 2020

Biden élu : quelle injustice! quelle honte d'être avec 'aussi énormes tricheries! Quelle honte pour la cour suprême de justice, tous ces politicards, qu'ils soient démocrates, républicains qui ont trahi leur propre chef, leur propre pays pour conserver leur place alors que Donald Trump n'est pas un homme politique, un politicard, mais un patriote, homme d 'affaires d'origine, indépendant de la finance
Quelle catastrophe pour les Etats-Unis, pour la France! Quelle catastrophe pour les libertés qui restent encore dans le monde! Quelle aggravation du danger chinois!

Dominique - 30 décembre 2020

L'' État américain a échappé depuis très longtemps aux législateurs, au Président et son Administration, et aux juges. Peut-être avant même l'avertissement lancé par le président Eisenhower à la fin de son mandat, suivi par celui du président Kennedy quelques mois avant son assassinat. D'autres politiciens, notamment au poste de président, tentèrent également de redonner du souffle au projet initial de chrétiens venus d'Europe au 18ème siècle.

La courte histoire des USA fut riche de promesses et de réussites, mais elle n'échappa pas plus aux guerres dévastatrices que les pays de l'Europe, et ces guerres furent décidées par les banquiers tout puissants qui prirent très tôt le contrôle du pays. Comme tous les peuples chrétiens les Américains ont courbé le dos et toujours ils ont marché vers la lumière et cela leur réussissait globalement : les institutions semblaient tenir, et les premiers amendements de la constitution les conforter à l'idée de vivre libres. Ce n'était exact qu'en apparence, mais une belle apparence néanmoins et qui permettait toutes les espérances.

Force est de constater que depuis le 9-11 c'est tout un système de surveillance et d'endoctrinement révolutionnaire qui s'est développé à grande vitesse, sous la conduite de moins en moins dissimulée des membres du puissant club, think tank, groupe de pression : le Conseil des Relations Extérieures ( Council or foreign relations ). Ce CFR est comme une pieuvre qui tient l'Etat. C'est pour cette raison qu'on parle de " l'État des profondeurs " et non de l'Etat tout simplement.

Pour faire court, non seulement le CFR tient l'Etat des profondeurs, mais il a aussi un projet mondial et il utilise les USA, la première puissance mondiale pour le réaliser : c'est très avancé en RPC avec la collaboration du PCC et en cours en Europe avec l'UE. Le projet est capitalo-communiste et il comprend l'extinction de la population chrétienne européenne. Il est en cours en Europe avec la politique dite migratoire mise en actes par l'ONU et l'UE. Cette réalité a été dénoncée par des politiciens anglo-américains, diabolisés en leur temps. En France Jacques Bordiot a écrit un livre sur cette conspiration " Une main cachée dirige ".

Aux USA la Société John Birch continue le combat contre le CFR, et diffuse une pensée construite contre le CFR avec notamment un formidable catalogue de livres et de cdroms qui dépasse les100 pages et un journal et une revue ! Et le peuple "grass roots" reste arraché à ses racines européennes et chrétiennes, ce qui est une formidable espérance, mais sans qu'une prise de conscience massive se manifeste contre ceux qui le maltraitent : les grands banquiers.

Trump a incarné cet esprit américain, et sans doute a-t-il cru que les institutions américaines restaient fondamentalement solides et donc que les votes de 2016 seraient respectés par l'Etat et l'Administration ? C'était alors méconnaître la réalité, et tout au long de son mandat il fut entouré jusqu'au bout d'ennemis, et ses partisans éliminés, comme le général Flynn par exemple. En tout cas ses positions allèrent à la rencontre de la partie majoritaire du peuple américain qui est encore chrétien et européen et résiste magnifiquement. Elles ont permis des sursauts mais l'ennemi intérieur n'a pas été inquiété et il a pu, finalement, truquer de multiples façons les élections de 2020.

Jamais le masque du CFR n'a été arraché par Trump, et s'attaquer aux seuls médias ( fake-news ) n'a évidemment pas suffit. C'est le système politique qui est en question, impuissant devant la puissance des grands banquiers : ils peuvent tout acheter, tout corrompre et la Démocratie en Amérique est sur le chemin de la dictature s'ils peuvent continuer leur système. Le CFR a officiellement un siècle d'existence.

Dominique - 8 janvier 2021

Pour Daniel Mallock, historien américain, c'est bien un " coup d'état " qui a eut lieu avec ce vol de l'élection 2020. Le mal est profond, tant - outre les médias et les agences fédérales de sécurité complices de ce coup - les institutions législatives, judiciaires et gouvernementales, auront toutes refusé d'examiner et de juger les fraudes électorales, en dépit des nombreuses preuves irréfutables et des demandes légales de l'équipe électorale du candidat-président Trump ainsi que de nombreux élus. Alors qu'il ne subsiste aucun doute et que Trump a en réalité gagné haut la main cette élection : c''est un coup d'état.

https://www.newenglishreview.org/custpage.cfm?frm=190448&sec_id=190448

Dominique - 8 janvier 2021

Polemia avait publié une traduction du discours de Trump sur la fraude électorale. C'était début décembre 2020.

https://www.polemia.com/la-fraude-electorale-est-ecrasante-le-discours-de-donald-trump-traduit/

" Si nous n’éliminons pas la fraude, la terrible et horrible fraude qui a eu lieu lors de l’élection de 2020, nous n’aurons plus de pays. Avec la détermination et le soutien du peuple américain, nous rétablirons l’honnêteté et l’intégrité de nos élections. Nous rétablirons la confiance dans notre système de gouvernement."

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !