Connexion
S'abonner

Saint Martinien, évêque et confesseur (435)

Martinien succéda à l’évêque Marole sur le siège de Milan, vers 423. Elu par tout le peuple, il n’accepta cette dignité qu’en tremblant. Ennode, évêque de Pavie, à la fin du Ve siècle, a fait de lui cet éloge qu’il joignait la prudence du serpent à la simplicité et à la pureté de la colombe. Les évêques orientaux, opposés à saint Cyrille d’Alexandrie lors de la condamnation de Nestorius, au concile d’Ephèse (431), prétendirent que Martinien était d’accord avec eux ; ce prélat leur avait écrit et envoyé en même temps le livre de saint Ambroise, De dominica incarnatione, où le docteur enseignait le contraire des anathématismes de Cyrille. C’était mal interpréter les sentiments car Martinien, à l’époque de la prétendue lettre, ne pouvait rien savoir des divisions qui agitaient le synode d’Ephèse. On ignore l’année où mourut Martinien et la durée de son épiscopat. Un ancien catalogue des évêques de Milan dit qu’il fut inhumé dans l’église Saint-Etienne, le 29 décembre. Le martyrologe romain l’a inscrit au 2 janvier. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !