Connexion
S'abonner

Saint Trivier, solitaire et confesseur (550)

Trivier, né d’une famille romaine originaire de Cahors, manifesta dès son jeune âge son goût pour la vie contemplative. Accueilli dans un monastère près de Thérouanne, il devint prêtre à 40 ans. Il dut s’occuper de deux prisonniers que le roi d’Austrasie avait accepté de laisser au monastère. Après trois années, les deux hommes purent rentrer chez eux dans les Dombes… Ils réussirent à convaincre Trivier de les suivre et d’y fixer son séjour. Trivier s’installa dans une cabane. Il y vécut en ermite, partageant son temps entre la prière, le chant des hymnes et des psaumes, le jeûne, les veilles et les pénitences. Il mourut le 16 janvier 550. On déposa son corps au lieu même qui lui servait d’oratoire. 70 ans après, des miracles s’étant opérés sur son tombeau, on exhuma son corps qui fut découvert sans corruption. L’évêque Secundinus, de Lyon, le fit transporter à Neuville-les-Dames, où un oratoire fut érigé en son honneur. Cet endroit est devenu un lieu de pèlerinage. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !