Connexion
S'abonner

Un Py piqué à Pau

L’église Saint-Jacques, à Pau, était bien sûr ouverte l’après-midi de Noël, le 25 décembre dernier. Les fidèles pouvaient se recueillir devant la célèbre crèche de Fernand Py, le sculpteur catholique proche d’Henri Charlier, la paroisse possédant les seize personnages, chameau et moutons compris.

Hélas ! un visiteur mal intentionné a dérobé le Saint Joseph. Il fallait un certain culot pour partir avec, sous le bras, ce plâtre peint de 70 cm de haut. « Le voleur a profité de ce que tout le monde était à table », explique l’abbé Jean-Jacques Dufau, joint par Présent. « Nous avons commencé à acheter des santons de Fernand Py au début des années 1980, un à un. Chacun coûtait 1 500 francs. C’est vraisemblablement un collectionneur qui a volé notre Saint Joseph : il se trouve que c’est la seule pièce de la crèche qui porte sa signature, en bas du manteau. » L’Enfant Jésus avait déjà été dérobé en 2014.

On trouve peu, voire pas du tout, de santons de Py sur le marché de l’art, chaque paroisse conservant pieusement les siens. Pour éviter les vols, faut-il fermer l’église les après-midi de jour de fête et de dimanche ? C’est la solution envisagée à regret par l’abbé Dufau. Que le voleur restitue donc au plus vite le grand santon à la paroisse Saint-Jacques ! D’autant que monsieur l’abbé m’a promis une bouteille de jurançon si Saint Joseph revient au bercail grâce à cet article. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !