Connexion
S'abonner

La Vendée interdite de cœurs… vendéens !

Le coup de gueule d’Alain Sanders

Essayez d’y toucher ! (DR).

Utrique fidelis C’est nouveau, ça vient de sortir, et je vous laisse le soin de mesurer l’urgence de la chose. Dans un pays en proie à un foutoir sanitaire sans nom avec, notamment, une sorte d’open bar à nos frontières, dans un pays déchiré par un racisme anti-français tout aussi pandémique que le Covid, dans [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

1 commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Oivier SABARY - 21 janvier 2021

Différences entre la France royale d'avant 1789, l'Allemagne, à la constitution faite dès son unité, en 1871, par un ( très grand ) roi ( patriote, aimant la Prusse, l'Allemagne ), Guillaume 1er, u n ( monarchiste, très grand ) chancelier aimant la Prusse, l'Allemagne, Otto von Bismarck et la France depuis 1790 : la France d'avant 1789 était très décentralisée, divisée en provinces, avait l'Echiquier de Normandie, les Etats de Bretagne, l'Assemblée d'Alsace, le Labour du pays basque, les capitouls du Languedoc. Dès 1871, l'Allemagne était divisée en Etats ( Staats ou Lands ), et Berlin ne s'occupe que des affaires générales ) et les alsaciens, lorrains mosellans avaient une assemblée particulière, le Landeschaussus, qui pouvait même proposer des lois au Kaiser, et les alsaciens, sous les Hohenzollern, votaient leurs impôts. Depuis 1790, la France est excessivement centralisée, divisée en départements, n'a plus d'Echiquier de Normandie, d'Etats de Bretagne, de Labour basque, d e capitoul et l'Alsace n'a plus eu d 'assemblée de 1790 à 1870, n'en a plus, de nouveau, depuis 1918, et la Lorraine mosellane n'en a pas depuis 1918 et les alsaciens ne votent plus leur impôt depuis 1918. La république de Robespierre a fait un véritable génocide en Vendée, a tué, de façon atroce, 250 000 vendéens, a guillotiné un homme trop bon, qui a préféré sacrifier sa tête que de faire couler le sang de s es sujets, Louis XVI. Napoléon 1er a aggravé cette centralisation excessive en créant les préfets, sous-préfets.

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !