Connexion
S'abonner

Objectif 2021 : Il faut 500 abonnements pour “Présent”

Abonnements numériques : un nécessaire raz-de-marée

Le Figaro et Le Monde, que l’on nous présente comme les deux quotidiens de référence, l’un plutôt de droite, l’autre nettement à gauche, ne se battent plus pour conquérir de nouveaux abonnés à leur version papier. La course entre les deux titres se joue pour l’essentiel sur la Toile. C’est à qui pourra revendiquer le plus grand nombre d’abonnés numériques. Le Monde comptait 220 000 abonnés numériques en 2019. Le quotidien du soir vise le million d’abonnés à l’échéance 2023. Oui, vous avez bien lu : un million d’abonnés ! Quant au Figaro, il en recensait 133 000 à la même date. Mais fin 2020, le chiffre de 200 000 abonnés était atteint. Et il espère lui aussi faire exploser le nombre de ses lecteurs sur écran, à court terme. Les Echos compteraient 54 000 abonnés numériques, Le Parisien30 000 et Libération 22 000. Et Présent ? Nous sommes encore loin de ces chiffres.

Qu’est-ce qu’un abonné, pour ses journaux ? Il s’agit parfois de simples « suiveurs » qui n’ont rien payé, mais se retrouvent dans un fichier de lecteurs. Peu importe pour ces journaux car, au-delà des coûts fixes, la diffusion numérique de leur titre à un très gros fichier ne leur coûte rien de plus. En revanche, pouvoir se prévaloir de 200 000, 220 000, un million de lecteurs sur la Toile, c’est la garantie de retombées publicitaires importantes. Le grand quotidien américain de la gauche et de l’extrême gauche, The New York Times, revendique cinq millions d’abonnés ! C’est désormais le modèle visé par les quotidiens dits nationaux.

Les objectifs de Présent sont beaucoup plus modestes. D’abord parce que nous voulons des abonnements payants, pas de simples destinataires du journal. C’est une nécessité pour nous, car nous ne pouvons espérer des volumes de publicité significatifs, même si des annonceurs nous font confiance, conscients de l’influence de Présent et de la qualité de son lectorat.

Il y a trois façons de recevoir Présent chaque jour sur sa tablette ou son écran d’ordinateur :

– dans le cadre de l’abonnement papier + numérique (30 euros par mois pour l’abonnement classique et 33 euros pour l’abonnement Premium avec les hors-série) ;

– dans le cadre de l’abonnement numérique seul (9,50 euros par mois) ;

via le « bouquet numérique » du Club de la presse (12,99 euros par mois, avec un ensemble d’autres publications de même esprit).

Abonner ses proches, ses amis, à la version numérique est un cadeau précieux, utile, et un acte de résistance. Et, dans ces temps de confinement et de dictature « douce », avons-nous même le choix ? •


 

Message aux acheteurs au numéro

Vous achetez chaque jour Présent chez votre marchand de journaux. Depuis les restrictions gouvernementales de liberté (confinement, couvre-feu, couvre-feu « serré »), les ventes en kiosque ont chuté. En conséquence, Présent va suspendre à nouveau (comme lors du confinement de novembre) la vente en kiosque de ses numéros de mardi à vendredi. Vous continuerez à pouvoir acheter chez votre marchand de journaux le numéro du samedi (vendu pendant une semaine) et les hors-série (vendus deux mois).

Pour poursuivre la lecture quotidienne de Présent cinq jours par semaine, abonnez-vous. L’abonnement classique (papier + numérique) est à 30 euros par mois par prélèvement mensuel. Il peut être interrompu à tout moment. •


Message aux abonnés

Les abonnés reçoivent actuellement Présent emballé dans un film plastique gris opaque. Ce film plastique présente deux inconvénients :

— il est en plastique, précisément. Or la réglementation va interdire les emballages non biodégradables à la fin de cette année ;

— ce film plastique n’est pas rigide : de ce fait, les adresses sont parfois mal imprimées, et le journal n’est pas livré.

Cela va changer. A partir du 9 février, les abonnés de Présent recevront leur journal sous un emballage papier recyclable : quatre pages supplémentaires, qui recouvriront donc complètement la première et la dernière page. Le journal et ses pages de couverture seront pliés en deux, comme aujourd’hui. Et une pastille collante maintiendra le tout plié en deux. Ce dispositif d’acheminement, utilisé à présent par de nombreux journaux, présente l’avantage de garder la discrétion nécessaire sur la nature de l’envoi. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !