Connexion
S'abonner

Camille Galic… En bref

C’EST LA RUINE FINALE ! Alors que, pour faire des économies, les banques européennes multiplient les fermetures d’agences, telle la Commerzbank, deuxième banque allemande, qui va supprimer la moitié de ses 790 agences d’ici à 2024, la France semble pour le moment à l’abri. Mais à quel prix pour les établissements bancaires et les épargnants ? Entre l’indemnisation [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

1 commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Dominique - 27 février 2021

Plus dure sera la chute pour les banques françaises. Du moins pour leurs activités en France, puisqu'elles participent énormément aux opérations financières internationales en RPC pour assurer leurs profits. Mais pas de suite, étant donné le " quoi qu'il en coûte " de LREM.

Le secteur bancaire allemand sera moins touché étant donné que l'économie allemande reste et restera au premier rang eiropéen. Le rapport entre Volkswagen et Renault est significatif du rapport entre les santés des entreprises allendes et françaises : Volkswagen a réalisé un bénéfice de 10 milliards en 2020, et Renault une perte de 8 milliards !

Par ailleurs il convient de raisonner globalement pour les banques allemandes, puisque les industriels allemands s'autofinancent à un tel niveau que les grandes entreprises se passent du concours des banques, et qu'elles ont les moyens financiers pour posséder leur propre banque. Par exemple le Groupe VAG possède son établissement bancaire, afin de financer les acquéreurs, privés et professionnels, des véhicules des sociétés du groupe vendus en Allemagne, en Europe, et dans le monde entier. Autant de financements très rentables qui échapperont en France aux banques françaises. Et pour ces prêts, Volkswagen Bank n'a pas besoin d'agences bancaires.

Mais la survie à court terme des banques françaises se joue sur un autre plan que leur rentabilité. Certes elles tenteront d'augmenter leurs taux de prêts aux particuliers et aux entreprises, et pourront baisser leurs coûts de fonctionnement. Mais surtout, le gouvernement Rothschild-LREM a inauguré une politique étatique de GARANTIE des prêts accordés par les banques aux entreprises ! Une hérésie économique, propre au système dirigiste français.

Voilà les banques francaises et l'État Jacobin liés par un pacte : les banques prêtent désormais sans fin à l'Etat par l'intermédiaire de la BCE qui est devenue une simple institution de collecte des concours des banques privées dans le système monétaire européen, via les banques centrales des états ( c'est le " quoi qu'il en coûte ). Et l'Etat garanti aux banquiers le remboursement des prêts qu'ils accorderont, aux entreprises dans un premier temps. La progression de l'activité bancaire est ainsi assurée pour ... un certain temps.

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !