Connexion
S'abonner

L’effacement de la dette est-il possible ?

Au début du mois dernier, cent économistes dont le médiatique Thomas Piketty lançaient un appel en faveur de la suppression de la dette émise par la Banque centrale européenne (BCE) et tout particulièrement pour les 25 % de cette dette européenne détenue par l’organisme. La louable mais naïve intention, médiatiquement porteuse mais totalement hors-sol, essuya un [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

1 commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Dominique - 4 mars 2021

" L'effacement " de la dette est évidemment impossible. Les grands banquiers et les oligarques qui gouvernent ce nouveau monde ( Le Nouvel ordre Mondial ) ne le permettront pas. Ce sont eux qui créent la " monnaie " - depuis que l'Etat ne bat plus la monnaie mais emprunte aux banques privées - et leurs émissions monétaires ( même si la BCE réparti les fonds, ce sont les banquiers qui fournissent les lignes de crédit à la BCE ) leur permettent, eux et les oligarques, d'acheter tout ce qu'ils convoitent. Leur objectif est de se substituer aux états-nations ; ce que nous vivons en ce moment.

L'objectif d'un pays qui voudrait redevenir souverain serait donc de STOPPER les nouveaux emprunts, sous toutes leurs formes. Mis à part ceux nécessaires ... aux remboursements des emprunts échus jusqu'à ce que le budget de la nation redevienne excédentaire. Alors seulement, nous pourrons soit rembourser, soit éventuellement "effacer".

Évidemment, les dirigeants corrompus qui nous tyrannisent depuis des décennies sont satisfaitsde ce système financier né dans les années 70, qui leur permet en même temps de dépenser sans compter et d'accroitre sans cesse les interventions de l'état jacobin. Car le mal français vient de l'esprit de la Révolution.

La solution passe par une contre-révolution afin de revenir à une ÉCONOMIE LIBÉRALE, telle qu'elle existait jusqu'en 1789, où les métiers et les entreprises s'organisaient sans que la Couronne se mêle des affaires privees, sinon pour veiller à son développement harmonieux selon le droit naturel. Le dégraissage des services de l'état républicain serait alors fantastique et le budget des dépenses s'effondrerait évidemment, et l'économie rétablie pourrait assurer le financement des fonctions régaliennes : défense terrestre, maritime, aérienne et spatiale, police des frontières et intérieure, justice civil et penale, leurs besoins sont énormes et ne sont actuellement plus couverts.

Il faudra, par exemple, revenir à la séparation de l'enseignement et de l'État, c'est à dire supprimer l'Education nationale actuelle, redonner à des corporations retrouvées ( les entreprises privées de tous les différents secteurs économiques ) la gestion des caisses d'assurances sociales de soins médicaux et de retraites : donc privatiser la "sécu" ce monstre géré par les syndicats depuis 1945, etc. redonner les voies ferrées, les gares, et les trains à des entreprises privées, et idem pour les transports aériens et routiers : adieu les déficits chroniques gigantesques de la SNCF, Renault, et Air France, etc. etc.

Une contre-révolution nationale, permettant de détruire l'État jacobin, de casser la structure technocratique des hauts fonctionnaires tout puissants et de leurs organisations hypertrophiées ( ministères, conseils, chambres, etc ), de sortir enfin le royal pays d'un système quasiment bolchévique ; pour retrouver la liberté individuelle sous toutes ses formes, et que chacun retrouve un emploi ( il en manque au moins 10 millions, et plus de 150.000 diplômés quittent la France chaque année pour trouver un bon travail dans un pays libre ), et ... puisse prier Dieu sans être PERSÉCUTÉ.

Pour réaliser un tel projet de libération, il faudra que ceux qui veulent libérer le pays lisent Frédéric BASTIAT, ce grand économiste français qui est étudié dans le monde entier, et de lectures contemporaines, comme l'ouvrage de Georges LANE : " La Sécurité sociale et comment s'en sortir ".

Et qu'ils s'entourent des nombreux et brillants économistes libéraux français contemporains qui ne manquent pas, mais auxquels personne ne donnent jamais, ou peu souvent, la parole ! ! ! Pascal SALIN, Philippe SIMMONOT, Nicolas LECAUSSIN, les membres de l'ALEPS, etc. etc. Tous écrasent évidemment le désastreux idéologue marxiste Picketty.

Or, parmi les patriotes on cherche en vain ceux qui ont cette nécessaire fibre libérale. Elle devrait pourtant être leur colonne vertébrale en matières économique et financière.

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !