Connexion
S'abonner

Netflix et l’ingénierie du consentement 

« Netflix » s’est imposée depuis 1997 comme l’un des principaux médias de divertissement télévisuel, avec 200 millions d’abonnés payants dans le monde (dont près de 8 millions en France). En examinant le contenu des propres productions de cette société, on constate une ligne directrice évidente : « Netflix » est un vecteur de l’idéologie mondialiste, reposant sur un cahier des charges très précis. La violence, le sexe, le multiculturalisme, le mouvement LGBT sont promus dans la plupart des programmes produits par l’entreprise. L’un des deux créateurs de « Netflix », Marc Randolph, est le fils aîné de Stephen Bernays Randolph, ingénieur nucléaire d’origine autrichienne et de Muriel Lipchik, qui comptera parmi les premiers investisseurs de la plate-forme. Élément familial intéressant, Marc Randolph est l’arrière-petit-neveu de Sigmund Freud et d’Edward Bernays, par la branche paternelle. Or Bernays est considéré comme le père de la propagande politique et d’entreprise (le marketing), ainsi que de l’industrie des relations publiques. Edward Bernays est par ailleurs l’auteur d’un livre important : « Propaganda – Comment manipuler l’opinion en démocratie ». Voilà une excellente question à laquelle « Netflix », l’entreprise co-fondée par Marc Randolph, apporte une réponse éclairante.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !