Connexion
S'abonner

Résistance aux éoliennes !

La chronique de Julien Langella

Un fromager au bord de l’Amazone.

Retrouvez tous les samedis les réflexions inspirées par l’actualité à Julien Langella, cofondateur de Génération identitaire et membre d’Academia Christiana. L’escroquerie des éoliennes n’est plus à démontrer. Le hors-série de Présent paru en mai-juin 2019 et consacré à l’écologie lui avait déjà donné le compte. Dépendantes des « terres rares », ces métaux extraits majoritairement en Chine à [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

1 commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Dominique - 14 mars 2021

Il convient de remonter à la source des éoliennes.

Les éoliennes terrestres et maritimes sont un marqueur du mondialisme, comme le sont les champs de panneaux solaires. Et la France révolutionnaire, qui est la mère du communisme, accueille à bras ouverts le mondialisme. Les éoliennes et les panneaux ne visent pas, en effet, à fabriquer de l'énergie, mais à supprimer les moyens techniques extraordinairement puissants que l'homme a inventé pour utiliser les énergies fossiles naturelles que sont le bois, le charbon et le gaz.

Il a fallu pour cela créer un mythe : celui du carbone qui serait mauvais et détruirait l'équilibre de la planète en la réchauffant. Ce mythe est en fait une arme de destruction de notre civilisation.
La "transition énergétique" est évidemment un mirage destructeur. Avec lui, les grands banquiers Anglo-américains et leurs comparses oligarques font d'une pierre faire deux coups : éoliennes et panneaux solaires visent à détruire toutes nos moyens énergétiques thermiques, et les enrichissent en même temps.

Le mondialisme est le projet capitalo-communiste des grands banquiers new-yorkais. Un projet de domination mondiale, en alliance avec les dirigeants du Parti commumiste chinois. Sans les banquiers new-yorkais et leur Council of Foreign Relations CFR - cette pieuvre qui dirige les EUA et le monde dit occidental - il n'y aurait pas d'économie chinoise et la RPC se serait effondrée comme l'URSS.

La transition énergétique participe donc à la destruction de la civilisation gréco-chrétienne, en étant sur le plan industriel, ce que les mouvements LGBT et les autres idéologies mortifères sont aux mœurs et à la morale. Il faut viser la tête de la pieuvre pour gagner la guerre que nous font les grands banquiers.

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !