Connexion
S'abonner

Un dilemme : inflation ou déflation ?

Les impertinences d’Olivier Pichon

Certains craignent la première, d’autres se lamentent sur la seconde. Le citoyen, lui, ne sait qu’en penser. Mais disons que certains groupes sociaux ont intérêt à la première, d’autres à la seconde. Jusqu’aux années 80 l’inflation était « ce pelé, ce galeux, d’où nous vient tout le mal » ; nos dirigeants d’alors s’employèrent à lutter contre la hausse [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

1 commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Dominique - 18 mars 2021

La question est intéressante ...

Pour qu'il y ait une inflation ou une déflation, au sens classique, il faut idéalement que les prix soient librement fixés et que la monnaie soit libre. Or ce n'est plus du tout le cas dans notre économie qui est devenue sur-étatisée en France, et aux mains des oligarchies mondialistes en même temps.

En France, qui est un pays particulier, les prix des produits et services sont majoritairement fixés par l'Etat jacobin : prix agricoles, prix des ressources énergétiques, prix des transports, prix de la santé, " prix " ( valeurs ) des retraites, prix du travail ( smic ), etc. La valeur ( des biens ) est par ailleurs, en France, détruite par l'impôt.

Les prix des valeurs mobilières, et même des métaux précieux, sont manipulés par les grands banquiers.

L'émission de monnaie est devenue illimitée. La valeur des monnaies occidentales est devenue déconnectée des bases tangibles ( or ). Totalement fiduciaire, ele devient de plus en plus " irréelle " : taux dits de base négatifs, et monnaie électrique à venir ( futurs bitcoins des grands banquiers ).

On peut craindre dans ces conditions que les prix n' aient plus les mêmes significations qu'auparavant en tant que valorisation des échanges.

Les ajustements se manifesteront vraisemblablement pendant un temps par des phénomènes, inévitables, de pénuries graves de produits et de services. Avant que des phénomènes de hausses ou de baisses spectaculaires de prix apparaissent finalement, au cas par cas ( produit par produit, secteur par secteur ) et non collectivement. C'est fut le cas avec les " bulles " dites spéculatives.

Tout le système des termes des échanges pourrait échapper aux manipulateurs qui le dirigent ( ou être manipulé par eux ) et aboutir en une formidable crise. Il faut en discuter avec des économistes libéraux, tels Salin, Simonot etc. Ils ont peut-être travaillé sur ces sujets 😊

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !