Connexion
S'abonner

Saint Joseph, époux de la Bienheureuse Vierge Marie, confesseur (Ier siècle)

On pourrait passer en revue toutes les vertus, et l’on verrait qu’elles brillèrent toutes en Joseph : la foi en la parole de l’ange qui, pour calmer son trouble, lui révèle le mystère de l’Incarnation, qui l’avertit du péril et lui ordonne de fuir en Egypte ; l’espérance et la confiance inébranlable en la Providence ; la charité envers Dieu le Père qui se traduit dans une obéissance à tous les décrets divins, envers Jésus et Marie à qui appartiennent tous les instants de sa vie. Ce sont aussi les vertus particulières. La simplicité ou la droiture de cœur et la pureté d’intention : Joseph surpasse la foi d’Abraham. Il a cru en l’enfantement de l’Immaculée et il a reconnu en simplicité cet impénétrable mystère de la virginité féconde. Le détachement : le juste Joseph a Dieu dans sa maison et entre ses mains, mais il s’est rendu digne d’un si grand trésor par un détachement sans réserve, car il est détaché de ses passions, de son intérêt, de son propre repos. L’amour de la vie cachée enfin : la terre et le monde ne le connaissent pas ; il est témoin d’un si grand mystère, et il le goûte en secret sans le divulguer. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !