Connexion
S'abonner

“Présent”, une nécessité vitale

Présent a mille et un défauts, nous le savons tous. Le journal est trop ceci et pas assez cela. Il devrait être davantage ainsi et moins comme cela. L’on ne sait plus exactement si votre quotidien préféré a changé de ligne éditoriale ou non, s’il était plus de cette tendance auparavant ou plutôt de celle-là. L’on peut d’ailleurs se demander si tel rédacteur ne devrait pas écrire moins souvent sur tel sujet et telle signature davantage sur un autre. Le lecteur pourra trouver que cette plume témoigne trop d’intérêt pour telle mouvance et que telle autre n’a pas fait mention d’un mouvement ou d’un livre indispensable à la compréhension de notre situation politique et religieuse.

De plus, ce quotidien ne vous parvient jamais le bon jour, il vous apporte, avec retard, trop d’entretiens avec des ecclésiastiques, ou pas assez, et pas toujours de la bonne tendance. Il ne vous donne pas, avec assurance, des consignes définitives sur le bon candidat et l’on ne sait pas s’il est pour ou contre les Russes. D’ailleurs, chers lecteurs, bien malin qui pourra dire si la rédaction soutient Marine ou Marion, voire Zemmour. Le lecteur attentif aura même décelé différentes opinions à ces sujets ! Un comble !

Bref, un four ! Et, de plus, la rédaction nous demande régulièrement de délier nos bourses !

Ce que nous savons, par contre, c’est que Présent est le seul quotidien de langue française à se déclarer patriote et catholique, à défendre la souveraineté et l’honneur national ainsi que la religion catholique dans sa dimension spirituelle et culturelle grâce à de nombreuses contributions très diversifiées. Pourrait-il le faire mieux, autrement ? Peut-être. Mais, à ce jour, ce journal est le seul à le faire. Si ses ennemis et ses anciens amis devaient réussir à le faire disparaître, personne ne rendrait plus ce témoignage quotidien. Et personne ne recommencerait cette aventure. Présent a le mérite d’exister, même imparfait.

Dans ses pages politiques, mais surtout dans celles consacrées à la culture et aux questions religieuses, Présent donne la parole à des auteurs et à des écoles de pensées qui ne sont pratiquement jamais mentionnées dans aucun quotidien et dans peu de revues à tirage confidentiel. Qui donc, à part Présent, vous a signalé la réédition des analyses implacables et prophétiques de Jean Madiran ? Qui donc a rendu un hommage mérité à Henri Pourrat, un des grands écrivains du XXe siècle, largement méconnu, qui donc vous a parlé de Louis Salleron, de Jean Raspail au moyen du seul hommage d’importance à l’occasion de son décès, d’Henri et André Charlier, de Bernard Bouts, de Marcel De Corte, qui donc a consacré des pages entières au cardinal Sarah, à Mgr Schneider et à leurs livres, quel journal a-t-il rendu hommage à l’abbé Lecareux ou pris la défense de Jean-Pierre Maugendre et de Renaissance catholique… ? La liste est interminable.

Ce qui est dommage, c’est que tout cet effort ne profite pas à un plus grand nombre de lecteurs, de lecteurs potentiels qui ignorent jusqu’à l’existence de Présent et qui se reconnaîtraient dans bien des articles. Avec ces lecteurs additionnels, Présent et son équipe pourraient faire mieux et bien davantage au bénéfice de l’héritage dont nous sommes les bénéficiaires sans mérite. Présent offre un espace de liberté, il brise le monde clos du mensonge et offre une possibilité de rayonnement au mouvement de réforme intellectuelle et morale. Cet espace mérite d’être élargi, c’est même une nécessité vitale. •

Christian Bless

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !