Connexion
S'abonner

Saint Turibe, évêque et confesseur (1606)

Turibe Alphonse de Mogrovejo naquit le 18 novembre 1538 à Mayorga, en Espagne. Très pieux dès son enfance, grand dévot de Notre Dame, on dut surveiller ses pénitences pour préserver sa santé. De bonne heure, le roi Philippe II reconnut son mérite et lui confia des postes importants. Ainsi, il devint président du tribunal de l’Inquisition à Grenade, bien qu’il ne fût que simple laïc. Après cet office, il fut envoyé à Lima, capitale du Pérou, nommé sur le siège archiépiscopal ; le roi pensait que seule sa vertu aurait raison des scandales ecclésiastiques dans ce pays. Malgré ses protestations, il finit par accepter cette élection. Alors Turibe se prépara à l’ordination. Il arriva au Pérou en 1581, il avait 42 ans. Le saint homme ne put retenir ses larmes devant la pauvreté et les mœurs corrompues. Il est bien difficile de se représenter les difficultés de son apostolat, les montagnes à parcourir, les voyages à pied. Il mit partout des pasteurs savants et se montra le fléau des pécheurs. Il tomba malade à Santa, à 440 kilomètres de Lima, alors qu’il faisait une visite de son diocèse. Il mourut le 23 mars 1606, en prononçant les paroles du roi prophète : « Seigneur, entre vos mains, je remets mon âme. » •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !