Connexion
S'abonner

La mort programmée du français

À l’ombre de mon clocher

Il y eut la koinè, il y a le globish.

On ne dira jamais assez de mal du monstre voulu et façonné notamment par l’ignoble Jean Monnet, ce « père de l’Europe », qui dans ses Mémoires publiés en 1976 chez Fayard, crachait le morceau sans fioritures aucunes et même avec un certain cynisme : « Les nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !