Connexion
S'abonner

Saint Basile le Jeune, solitaire et confesseur (952)

Basile fut pris par un espion et amené de force à Constantinople ; interrogé par le patrice Samonas, il ne put donner aucune réponse, fut flagellé, suspendu par un pied la tête en bas, relégué en prison. Au bout de trois jours, guéri de toutes ses blessures, on l’exposa à un lion qui n’osa pas le toucher. Jeté à la mer, il fut ramené par des dauphins sur le rivage. La porte de la ville était fermée, il vint s’asseoir à côté et y guérit un homme malade de la fièvre. Celui-ci par reconnaissance l’emmena dans sa maison et lui donna l’hospitalité. Basile continua à opérer des miracles, et annonça en même temps la future défaite de Constantin Porphyrogénète. Il avertit Saronite, gendre de l’empereur, d’avoir à abandonner ses mauvais desseins et pour ce motif fut frappé de verges. Mais Saronite ne tarda pas à mourir, et Basile rendu à la liberté rentra chez son hôte. Grégoire, qui fut son disciple et son biographe, fut délivré par lui de plusieurs dangers et de tentations. Basile, qui l’avait emmené dans la solitude, lui annonça qu’il ne tarderait pas à mourir et le congédia pour un temps. Lorsque Grégoire revint vers le milieu du carême en 952, Basile avait cessé de vivre. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !