Connexion
S'abonner

Quand Mahomet n’apparaît plus en Enfer

Nous subodorions dans Présent du 20 mars que le châtiment subi par Mahomet dans l’Enfer de Dante risquait fort de gêner les dhimmis de 2021 et autres pratiquants de la cancel culture. Ça n’aura pas traîné : on apprend qu’une adaptation néerlandaise de L’Enfer à l’usage des enfants présentera le passage remanié, sans mention de Mahomet. L’éditeur, Myrthe Spiteri, explique : «L’anonymisation du prophète Mahomet n’a nui en rien : [la traductrice] a fait en sorte que l’histoire ne puisse pas être inutilement offensante pour un lectorat qui représente une si grande partie de la société néerlandaise et flamande. » D’après Spiteri, Dante imposerait à Mahomet un sort « grossier et humiliant, simplement parce qu’il est le précurseur de l’islam ». Si Spiteri, et avec lui tous les musulmans de Hollande (qui forment donc une « si grande partie de la société néerlandaise et flamande ») lisaient L’Enfer dans une traduction fidèle, ils verraient que ce n’est pas en tant que précurseur de l’islam que Mahomet est damné… mais en tant que « semeur de discordes ». Ce qu’on peut estimer quasiment euphémique et bienveillant au regard de ce que nous vivons en Europe depuis quelques années. (Nous y reviendrons plus longuement dans notre édition datée du mardi 22 mars.)

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !