Connexion
S'abonner

Hors-série – La musique, arme culturelle

Le quotidien Présent consacre un hors-série à la musique. Qu’est-ce que la musique ? A quoi sert la musique ? Quel est son rôle dans notre société ? Quels rapports elle entretient avec la politique ? Une approche originale de la musique.

La musique a envahi notre environnement. Sauf que l’on écoute le plus souvent de la musique pour le plaisir, sans se demander pourquoi nous l’écoutons, et encore moins pourquoi nous l’avons sélectionnée. Ceci est d’autant plus important que nous n’écoutons essentiellement que des musiques mortes, c’est-à-dire figées dans l’enregistrement. Avant, il n’y a guère plus d’un siècle, pour écouter de la musique il fallait en jouer, chanter ou payer des musiciens. Nous pouvons mesurer l’opportunité extraordinaire que représentent notre époque et le changement radical apporté par la technologie : entendre des enregistrements de compositions du passé, comme des musiques de toute la planète.

Reflet de l’âme d’un siècle

Si la musique est un outil de séduction, elle est d’abord un outil de lien social. Selon Aristote, l’homme est un animal social. Il doit donc établir des règles et s’y conformer pour vivre en société. Or la musique participe à l’harmonisation des individus d’une même société. Ainsi la musique rend compte de l’état des sociétés. Jacques Chailley disait que « la chanson est le plus fidèle reflet de l’âme d’un siècle ». Dans ce sens, ce que l’on écoute et que l’on nous fait entendre revêt une importance particulière.

Ce numéro de Présent veut donc montrer que la musique est un enjeu politique. La civilisation européenne est la seule à avoir conçu l’écriture musicale. Sans écriture pas d’orchestre ni de bibliothèque des compositeurs passés, expliquant ainsi le pouvoir de séduction de leurs œuvres sur la planète entière.

Musiciens, artistes, historiens, enseignants, journalistes, politiques, les personnalités et les compétences réunies dans ce numéro mettent en lumière un conflit se déroulant à nos oreilles, mais rarement perçu. Sans œillères, il aborde différents courants musicaux, anciens et actuels, afin que les amateurs de musique ne finissent pas comme les enfants dans la légende du joueur de pipeau de Hameln.

Des répertoires révélateurs

Benoît Neiss, professeur émérite de lettres à l’université de Strasbourg, intervenant au Centre d’études et de prospective sur la science, montre que, si la musique est une source de plaisir, elle traduit une réalité supérieure et révèle une civilisation. Patrick Banken, président d’Una Voce, présente les grandes étapes du chant grégorien, source de toute la musique de notre civilisation européenne. Il explique dans quel creuset il a été élaboré tout au long du Moyen Age, au carrefour des cultures européennes et antiques pour devenir le plus riche répertoire musical religieux de l’humanité.

La Révolution française a opéré une rupture radicale dans la pratique musicale. Se référant aux travaux de Nikolaus Harnoncourt, David Gattegno met en évidence une exploitation citoyenne de la musique. Thierry Bouzard montre que l’affrontement entre les peuples est aussi musical. Ainsi l’adoption par l’armée française de l’orchestre de plein air proposé par Adolphe Sax en 1845 est aussi une revanche culturelle sur Waterloo. Chroniqueur de la musique chez notre confrère Politique magazine, Damien Top présente l’aventure de la Schola Cantorum, voulue comme une alternative au Conservatoire de Paris. Il revient à un ancien directeur d’école de musique de proposer un état de l’enseignement musical en France. Dans ce domaine où les chiffres sont aussi rares que les analyses, son étude n’en est que plus instructive.

Les musiques actuelles

Plus largement enseignée et subventionnée qu’elle n’est écoutée, la musique dite contemporaine a ses adeptes. Jacques Viret, musicologue et universitaire, pose la question de savoir si elle n’est pas arrivée en phase terminale. André Murawski, conseiller régional, se penche sur l’évolution du répertoire musical officiel. Rémi Tremblay fait un portrait des répertoires musicaux québécois. Alain Sanders, président de l’association Country music attitude, brosse un portrait de la country music, la musique identitaire du peuple américain.

Ce numéro aborde les musiques actuelles. Il explique comment le rock a opéré une rupture au plus profond de la société pour être maintenant submergé par le rap qui opère un grand remplacement musical. Ceci amène à évoquer la possibilité d’une musique infernale. L’influence politique de la musique est exploitée par l’Ukraine qui organise un festival des groupes interdits dans le reste de l’Europe.

En France, le rock identitaire a tenu un véritable front musical dans les années 1990. Présent décrit le « combat musical » mené par un pilier de ce courant, le groupe In Memoriam. Ce front culturel est aussi tenu par le groupe Fraction dont le fondateur, Fabrice Robert, est aussi celui des Identitaires. Il répond aux questions de Présent sur le rôle de la chanson dans la politique d’aujourd’hui.

Ce hors-série de Présent est novateur, car le rôle de la musique n’est pas abordé dans les milieux dissidents. Il fallait donc s’y intéresser puisque la musique est un outil de séduction qui reflète l’identité des peuples, à chacun d’en prendre conscience, ce numéro veut y aider. Il est disponible dans les kiosques. •

Thierry DeCruzy

Pour se procurer ce Hors-série : https://present.fr/produit/hors-serie-musique-combat-identitaire/

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !