Connexion
S'abonner

Plaidoyer en faveur de l’action des associations pro-vie au Parlement européen

Le 25 mars, à l’occasion de la Journée internationale pour la vie fêtée dans de nombreux pays, le Parlement européen lançait une offensive contre les associations pro-vie, auxquelles il était reproché de recevoir des financements étrangers, notamment en provenance des milieux pro-vie américains. Un reproche surprenant quand on connaît les sommes reçues des milieux pro-mort américains (Soros, Gates et consorts) et aussi de l’Union européenne par les organisations du lobby pro-avortement. Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) a relaté cette curieuse séance anti-associations pro-vie où n’avaient été invités que les représentants du lobby pro-avortement et Présent en parle aussi dans ses échos éthiques de cette semaine.

Le tableau idyllique du point de vue du lobby de l’avortement a toutefois été troublé par l’intervention d’une députée espagnole. Il s’agit de la députée Margarita de la Pisa qui est membre de la Commission des droits des femmes et de l’égalité des genres (sic), et qu’il n’a donc pas été possible de réduire au silence. Margarita de la Pisa est pharmacienne et neuropsychologue de formation, membre du parti Vox, mariée et mère de huit enfants. Son intervention du 25 mars, qui s’est déroulée en espagnol, mérite d’être lue de bout en bout pour ce qu’elle dévoile sur les pratiques du Parlement européen et pour les arguments qu’elle donne en faveur du droit à la vie et de l’action des associations pro-vie. C’est pourquoi nous l’avons traduite en français pour les lecteurs du journal Présent. Voici donc la traduction de l’intervention de Margarita de la Pisa en dessous de la vidéo en espagnol:

«Un tel événement ne devrait pas avoir lieu. Il est contraire aux principes de neutralité et de pluralité qui régissent les règles du Parlement européen. Aucun des intervenants ne représente un point de vue pro-vie. Leur objectif est de stigmatiser, persécuter et attaquer ceux d’entre nous qui sont engagés dans cette cause, et nous ne nous cachons pas. Il ne répond pas non plus aux valeurs démocratiques. On nous refuse le droit à la liberté de pensée, la liberté de conscience et, bien sûr, le droit à la liberté d’expression. Le Parlement a cessé d’être le garant des droits de l’homme, avec l’interprétation totalement erronée qu’il en fait. Il a cessé de remplir sa fonction de lieu de débat. Vous avez transformé cet espace en un espace de propagande pour une vision unique et totalitaire.

Quoi qu’il en soit, je vous remercie. Merci, du fond du cœur, de nous avoir donné l’occasion de défendre la vie pour la Journée de la vie. Vous avez très bien choisi la date. Et je lève la main. Pour moi-même et au nom de millions de personnes qui prennent fièrement cette grande responsabilité. Et nous pouvons être fiers de ce que nous défendons.

Il y a toujours de la lumière et de la beauté à défendre une femme enceinte, à aider à comprendre une réalité qui, bien que toute petite, existe déjà à l’intérieur de son ventre, à défendre ce bébé, cette personne, dont nous ne savons pas encore qui elle deviendra. Ça aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Nous avons tous été microscopiques un jour, nous avons tous été un bébé dans le ventre de notre mère un jour. En vérité, les pro-vie défendent tout le monde, toutes les vies, y compris la vôtre.

Nous sommes les fruits de la générosité de parents. La femme enceinte est dans une situation délicate. Avec des sentiments mitigés. C’est normal. C’est bouleversant d’avoir une personne à l’intérieur de soi. C’est bouleversant de penser que cette personne dépend de soi. C’est pourquoi la femme enceinte a besoin de tendresse, de soutien, de compréhension. Elle a besoin de savoir qu’elle-même et ce bébé sont les bienvenus dans ce monde, dans son environnement le plus intime.

La vie est toujours une opportunité. Nous ne contrôlons pas toujours son cours. Nous ne la comprenons pas toujours. Mais oui, c’est à nous d’appréhender le devenir avec confiance. La vie ne nous appartient pas. Ceux qui promeuvent l’avortement, sèment la peur chez les femmes. Ils ne font que leur transmettre des préoccupations. Ils veulent lui faire voir qu’elle n’en est pas capable, qu’elle ne peut pas. Vous ne faites que manquer de confiance en la femme. Vous dites que vous l’aidez, mais vous ne lui proposez qu’un avortement. Vous lui faites renoncer à ce qu’elle a de plus précieux, vous lui faite renoncer à son bébé.

Et vous dites que c’est une décision libre. Il n’y a pas une seule femme qui regrette d’être devenue mère, et il y a beaucoup de femmes qui regrettent d’avoir avorté. Cette décision est irréversible. En plus, vous nous trompez avec des mots, vous parlez d’interruption. Ce n’est pas vrai. On met fin à la vie d’un être unique, singulier, inimitable. Que peut-il donc bien se passer chez quelqu’un pour qu’il ne soit pas capable de s’émouvoir de la beauté d’un nouveau-né, de l’illusion d’une vie nouvelle, et de s’ouvrir à l’espoir ?

Et c’est ma question aujourd’hui: Qu’est-ce qui ne va pas chez vous ? Qu’est-ce qui ne va pas chez vous, mesdames et messieurs ? Vous voulez détruire ce qu’il y a de plus beau, en nous donnant une version négative de la féminité, de la maternité, de la famille?

Pour nous, les pro-vie, c’est clair: cela vaut la peine de donner un coup de main, d’apporter son soutien pour qu’aucune femme ne traverse sa grossesse seule. De leur montrer leur bébé à l’échographie, de leur garantir qu’elles seront bien écoutées, protégées, soignées. Chaque mère mérite cette aide, cela vaut la peine de préparer les berceaux, les couches, les nuits blanches. Cela vaut la peine d’être la voix de ces tout petits, qui sont des nôtres. Oui, tout cela, c’est ce que font les associations pro-vie et nous en sommes très fiers car nous savons ce qui nous anime. Ce qui nous anime, c’est la gratitude et la générosité. Nous ne sommes pas empêtrés dans des questions matérialistes, nous ne sommes pas mus par des intérêts liés à l’argent ou au pouvoir.

Peut-on en dire autant des organisations pro-avortement ? Pouvez-vous nous parler des sources de financement de ces mouvements ? Comment se fait-il que les mouvements pro-avortement puissent recevoir de l’argent de l’Union européenne et qu’il soit suspect que les pro-vie en fassent autant ? Je constate en outre qu’il s’agit pour les premiers de montants beaucoup plus élevés. Merci beaucoup.»

Texte original en espagnol :

«Ese acto no debería hacerse celebrado. Es contrario a los principios de neutralidad y pluralidad que rigen las normas del Parlamento Europeo. Ninguno de los oradores representa una visión a favor de la vida. Su objetivo es estigmatizar, perseguir y atacar a quienes estamos comprometidos con esta causa, y no nos escondemos. Tampoco responde a los valores democráticos. Se nos niega el derecho a la libertad de pensamiento, libertad de conciencia y, por supuesto, el derecho a la libertad de expresión. El Parlamento ha dejado de ser garante de los derechos humanos, con una interpretación completamente errónea de los mismos. Ha dejado de cumplir su función de ser un lugar de debate. Ustedes han convertido este espacio en un espacio de propaganda para una visión única y totalitaria.

De todas maneras, les doy las gracias. Gracias, de corazón, por darnos la oportunidad de defender la vida el día de la vida. Han sido ustedes muy oportunos con la fecha. Y levanto la mano. Por mí y en el nombre de millones de personas que estamos comprometidos con orgullos con esta gran responsabilidad. Y podemos estar orgullosos de lo que defendemos.

Siempre hay luz y belleza al defender a una mujer embarazada, ayudar a entender una realidad que aunque diminuta ya existe dentro de su vientre, defender a ese bebé, a esa persona, que no sabemos todavía en quién se convertirá. Podríamos haber sido cualquiera de nosotros. Todos fuimos un día microscópicos, todos fuimos un día un bebé en el seno de nuestra madre. Realmente, las personas Pro-Vida estamos defendiendo a todos, a todas las vidas, incluso a las suyas.

Somos frutos de la generosidad de unos padres. La mujer embarazada se encuentra en una situación sensible. Con sentimientos encontrados. Es normal. Es sobrecogedor tener una persona dentro de ti. Es sobrecogedor pensar que esa persona depende de ti. Por eso necesita cariño, apoyo, comprensión. Saber que ella y ese bebe son bienvenidos en este mundo, bienvenidos en su entorno más íntimo.

La vida es siempre una oportunidad. El rumbo de la misma no siempre lo controlamos. No siempre lo entendemos. Pero sí, está a nosotros a coger el devenir con confianza. La vida no nos pertenece. Quienes promueven el aborto, siembran en la mujer miedos, solo le trasladan preocupaciones. Le quieren hacer ver que no es capaz, que no puede. Ustedes solo desconfían de la mujer. Dicen que la ayudan, pero solo le proponen abortar. Le hacen renunciar a lo más preciado, le hacen renunciar a su bebe.

Y dicen que es una decisión libre. No hay una sola mujer que se arrepienta de ser madre, y hay muchas mujeres que sí se arrepientan de abortar. Esta decisión es irreversible. Por más, que se nos engañen con palabras y digan interrumpir. No es verdad. Se está terminando con la vida de un ser único, singular, irrepetible. ¿Qué le puede estar pasando a alguien para no ser capaz de conmoverse por la belleza de un recién nacido, con la ilusión de una nueva vida y por abrirse a la esperanza?   Y eso es mi pregunta hoy: ¿Pero que os pasa? ¿Qué les pasa, señorías? ¿Quieren destruir lo más bonito, dándonos una versión negativa de la feminidad, de la maternidad, de la familia?

Las personas Pro-Vida, los tenemos claro. Merece la pena esfuerzo de dar la mano, de dar apoyo para que ninguna mujer pase el embarazo en soledad. Mostrarles a sus bebes en la ecografía, garantizarles que van a estar bien atendidas, arropadas, cuidadas. Toda madre se merece esa asistencia, merece la pena preparar cunas, pañales, noches en vela. Merece la pena ser la voz de estos pequeños, que son uno de nosotros. Sí, todo esto hacen las asociaciones Pro-Vida y estamos muy orgullosos porque sabemos lo que nos mueve. Nos mueve la gratitud y la generosidad. No estamos enredados en cuestiones materialistas, no nos mueven intereses ligados ni al dinero ni al poder.

¿Podemos decir lo mismo de las organizaciones proabortistas? Podéis contarnos sobre las fuentes de financiación de estos movimientos? ¿Por qué los movimientos pro aborto pueden recibir dinero de la Unión Europea y es sospechoso que lo hagan los Pro-Vidas? Me consta que además son cuantidades mucho más superiores. Muchísimas gracias.»

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !