Connexion
S'abonner

Vendredi saint

Si vous lisez attentivement l’Evangile, vous verrez que les souffrances de Jésus ont été disposées de telle sorte que tous les membres de son corps sacré fussent atteints, que toutes les fibres de son cœur fussent déchirées par l’ingratitude de la foule, l’abandon des siens, les douleurs de sa mère ; que sa sainte âme dût subir toutes les avanies et toutes les humiliations dont un homme puisse être accablé. Mais le Christ a tout accepté. Il a bu le calice jusqu’à la lie, il a réalisé jusqu’au dernier iota, c’est-à-dire jusqu’au moindre détail, tout ce qui était prédit de lui. Aussi, quand tout est accompli, qu’il a épuisé le fond de toutes les douleurs et de toutes les humiliations, peut-il proférer son Consummatum est. Oui, « tout est consommé » ; il n’a plus qu’à remettre son âme à son Père : Et inclinato capite, tradidit spiritum. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !