Connexion
S'abonner

Algérie, le gâchis fatal

Entretien avec Christian Agius

Le lycée Bugeaud, à Alger, doté de classes préparatoires aux grandes écoles dont l’X et Saint-Cyr Coëtquidan.

— Christian Agius, voilà un patronyme qui me parle ! Qui plus est, vous êtes né à Bône, qui fut capitale des Maltais d’Algérie ! — Ma branche paternelle est effectivement entièrement maltaise. Le premier Agius qui a émigré vers l’Algérie, Michel, est arrivé à Bône en 1832, quasiment dans les bagages de Yusuf et d’Armandy qui [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !