Connexion
S'abonner

Vendredi de Pâques

« Toute puissance m’a été donnée, alléluia ! Allez, enseignez toutes les nations. Alléluia ! Alléluia ! »

L’esprit intime et vivant, le ton fondamental de la vie et de piété de l’Eglise naissante est la joie de Pâques. Cette joie, c’est l’assurance de la foi, cette jubilante possession mystique du triomphe déjà accompli de la vie éternelle. Toute la première prédication est renfermée dans le message du Ressuscité, elle est illuminée de la joie de Pâques. Les premiers chrétiens ne seront pas des marginaux. Ils ont la Vie, une autre vie que la vie humaine aussi parfaite pourrait-elle être. Avec la lumière de la Résurrection, leur regard sur le monde est modifié, leur charité est modifiée. Ils servent Dieu et l’Etat, c’est ce qui étonnera l’empire : ils sont esclaves, ils sont notables, ils sont soldats. La vie est apparue et ils témoignent, ils annoncent la Vie éternelle qui était auprès de Dieu et qui est apparue. Oublier la transcendance de l’Evangile, transformer l’Eglise en ONG, c’est perdre la lumière de Pâques. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Votre commentaire sera affiché une fois validé par le modérateur

Laisser un commentaire

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !