Connexion
S'abonner

Québec : un régime (alimentaire) raciste ?

Racisme, diététique, nutrition, racialisme, woke

De notre correspondant au Québec. – Le racisme est insidieux; il est partout et nulle part, mais surtout partout. Du jogging à la possession d’armes à feu; il se cache là où on l’attend le moins, nous dit-on. Et, selon l’Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec, il affligerait même le monde de la nutrition. Nombreux sont les diététiciens qui sonnent l’alarme, selon un article très sérieux du journal libéral La Presse.

Évidemment ce racisme est pervers et caché; il ne faut pas s’attendre à une discrimination ouverte, mais bien à de petits gestes discriminatoires qui peuvent sembler anodins. On explique ainsi que de préconiser la consommation de lait ou de légumes crus, considérés comme meilleurs pour la santé que lorsqu’ils sont cuits, relèverait d’un certain racisme, car certaines « communautés n’ont pas l’habitude des crudités et l’intolérance au lactose est fréquente, » nous explique-t-on. Même l’indice de masse corporelle serait raciste, car il serait basé sur les standards culturels de l’homme européen.

Toutefois, le portrait n’est pas tout noir : conscients des enjeux raciaux de profilant derrière les choix nutritifs, les Diététistes du Canada offrent des formations antiracistes pour « fournir des soins culturellement sécuritaires et antioppressifs. » Bref, bientôt l’époque où l’on devait manger des légumes crus sera belle et bien révolue.

Voilà qui confortera dans ses idées Mathieu Bock-Côté qui explique dans son récent Racialisme et autres virus idéologiques que la société moderne voit du racisme partout… même dans sa soupe!

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !