Connexion
S'abonner

Muselier otage

Cahier élections régionales 2021

Le président sortant de PACA ne manque pas d’air, qui, sur sa profession de foi du second tour des régionales, s’affirmait « soutenu par les Républicains, la Droite, le Centre et les Démocrates », occultant le fait qu’il l’avait été aussi par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal appelant à voter contre le fâchismassassin incarné selon lui par Thierry Mariani, le « meilleur ami du dictateur Bachar al-Assad », et surtout par l’aile la plus gauchiste de EELV qui avait obligé le Vert Félizia, candidat de la gauche unie, à se retirer et à préconiser, la mort dans l’âme, le vote pour Muselier. A la veille du scrutin, deux événements avaient cependant douché l’optimisme du président de région, que, dans les sondages une fois de plus mensongers, deux points seulement séparaient de Mariani (dont, erreur fatale, les affiches et les professions de foi, trop personnalisées, faisaient oublier qu’il était d’abord le candidat du Rassemblement national) : des tirs le 25 juin contre un TGV entrant en gare de Marseille au départ de Paris ; et, le lendemain, un joueur abattu et un autre blessé par balles lors d’un match de foot entre les équipes représentant deux des turbulents (et colorés) quartiers Nord de Marseille. Les médias locaux ayant scandaleusement minimisé ces deux « incidents », Muselier avait eu tort de s’inquiéter. Il a été triomphalement reconduit avec 57 % des voix puisque ont massivement voté pour lui les nostalgiques de Bernard Tapie et les électeurs écolo-marxistes, dont il est désormais l’otage. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !