Connexion
S'abonner

Le parti Vox exclu de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

Suite à un accord conclu entre eux, le Parti socialiste (PSOE), le Parti Populaire (PP), le groupe Unidos Podemos et le Parti Nationaliste Basque (PNV) se sont repartis entre eux les quatre places revenant aux Cortes Generales, c’est-à-dire au parlement espagnol, au sein de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Cette conférence est une initiative lancée par la Commission Européenne et le Parlement Européen et qui se veut être un espace de discussion en vue de faire avancer l’UE et éventuellement de changer les traités européens.

Elle « répond à l’engagement pris par la présidente von der Leyen de donner aux Européens la possibilité de peser davantage sur l’action de l’Union et sur la manière dont elle travaille pour eux », peut-on lire sur le site de la Conférence.

Mais tous les Européens ne peuvent pas y être représentés de la même manière. C’est ainsi qu’Iván Espinosa de los Monteros, le candidat du parti conservateur Vox, troisième force politique au Parlement espagnol, ne pourra pas y représenter les opinions et les intérêts des quatre millions d’électeurs de ce parti.

Pourquoi ? Parce que Vox est l’unique parti espagnol qui souhaiterait introduire dans ce débat les sujets différents de ce que proposent les « forces du progrès » réunies. Comme a fait remarquer le porte-parole de Vox à Bruxelles, Jorge Buxadé, à la Commission Européenne, son parti aurait souhaiter aborder les thèmes qui préoccupent réellement les citoyens européens tels que la sécurité, l’emploi, la famille ou l’identité nationale.

Buxadé a aussi dénoncé le fait que Vox n’ait pas pu participer à la session plénière de la Conférence pour ne pas avoir respecté les quotas de « genre », c’est-à-dire concernant la parité. « Ce n’est un secret pour personne que les forces du ‘consensus progressiste’ (socialistes, PP, libéraux et extrême gauche) sont capables de s’entendre à chaque fois qu’il s’agit de bloquer VOX », peut-on lire sur le site officiel du parti conservateur.

Le 25 juin dernier, pour s’opposer à la pensée unique fédéraliste et présenter une alternative à ce nouveau projet européen, Vox et son groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE) au Parlement européen ont organisé un sommet de Madrid pour discuter des sujets de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, mais d’un point de vue patriotique et non mondialiste.

 

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !