Connexion
S'abonner

Le nouveau rideau de fer

Parlement européen : une résolution contre la Hongrie

« Cette pensée me revient depuis que j’assiste avec étonnement aux attaques […] contre notre paquet de lois sur la protection de l’enfance. De plus en plus, je constate que les chemins de l’Europe occidentale et de l’Europe centrale se séparent à nouveau en termes de culture et de valeurs, mais maintenant, nous sommes enfin du bon côté. » Ces mots sont de l’éditorialiste hongrois Tamás Fricz qui les écrivaient lundi dans le quotidien conservateur Magyar Nemzet. Son éditorial est intitulé « Un rideau de fer culturel et des valeurs est descendu à travers l’Europe ». Le Hongrois y fait référence au célèbre discours de Winston Churchill de 1946, qu’il paraphrase.

Comme pour lui donner raison, le Parlement européen, dans sa résolution adoptée jeudi et intitulée « Résolution sur les violations du droit de l’UE et des droits des citoyens LGBTIQ en Hongrie par suite de l’adoption de modifications de la législation au Parlement hongrois », pointe du doigt un certain nombre d’anciens pays de l’Est.

La loi hongroise accentuant les peines pour les crimes de pédophilie et interdisant la promotion auprès des mineurs de l’homosexualité et des pratiques de changement de sexe entrait justement en vigueur jeudi, en dépit des menaces de sanctions fusant de toutes parts : de la Commission européenne qui a promis d’utiliser tous les instruments à sa disposition pour forcer la Hongrie à changer une loi relevant pourtant des compétences nationales, du Parlement européen qui exige donc des sanctions financières immédiates et de 18 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, dont Emmanuel Macron, qui ont signé une lettre appelant au respect des personnes homosexuelles faisant l’objet de discriminations. La Hongrie n’y est pas nommée, mais la lettre a été signée et publiée immédiatement après le vote de la loi hongroise.

En ce qui concerne cette résolution du Parlement européen, précisons que 147 députés ont quand même voté contre, mais il s’agissait bien sûr principalement des groupes conservateurs et souverainistes, c’est-à-dire les groupes Conservateurs et Réformistes européens ainsi qu’Identité et Démocratie, dont les députés RN qui ont tous voté contre la résolution. Les Républicains, membres du Parti populaire européen (PPE), se sont coupés en deux avec une moitié qui a voté pour et l’autre moitié, constituée de François-Xavier Bellamy, Brice Hortefeux, Nadine Morano et Arnaud Danjean, qui s’est abstenue, comme la presque totalité de leurs collègues espagnols du PP. Les autres abstentions ou votes contre au PPE étaient principalement le fait de députés d’anciens pays de l’Est.

Et alors que les députés de son parti ANO votaient en faveur des sanctions contre la Hongrie avec le groupe Renew, rassemblant les centristes libéraux-libertaires tels les LREM français, le Premier ministre tchèque Andrej Babis a déclaré qu’il ne voyait pas pourquoi il signerait la lettre des 18 pays de l’UE pour demander des sanctions contre la Hongrie alors que la loi hongroise a pour unique but de protéger les mineurs, qu’elle ne discrimine pas les personnes LGBT et qu’il s’agit de toute façon d’une affaire interne hongroise. Babis n’a pourtant rien d’un conservateur, et son attitude illustre parfaitement ce rideau de fer qui coupe à nouveau l’Europe en deux. Sauf que cette fois, nous sommes, nous, Français, du côté des régimes totalitaires, même s’il s’agit encore d’un totalitarisme mou… en voie de durcissement. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !