Connexion
S'abonner

Tokyo : JEUX DE DUPES

Les JO à l’épreuve du covid

Les jeux olympiques de 2020 ont été reportés à cet été. Puis on a parlé de les annuler. Ils se tiennent maintenant à huis clos, jusqu’au 8 août. Une cérémonie d’ouverture dans la plus stricte intimité : 975 invités, dont Emmanuel Macron puisque Paris est la prochaine ville olympique. Après des élections sans électeurs, des jeux sans spectateurs, notre président est dans son élément. Lors des épreuves à venir, les stades resteront donc vides, on n’y verra que des athlètes, 11 000 tout de même, mais totalement isolés dans une bulle sanitaire.

Les sponsors ont versé leur quote-part comme convenu mais préfèrent rester discrets pour ne pas que leur image de marque soit associée à un fiasco retentissant… d’où leur retrait des publicités télévisuelles. Les jeux devaient coûter 7,3 milliards de dollars. La facture s’élève à 15,4 milliards et ça ne fait que commencer. Qu’est-ce qui a pu motiver le maintien à tout prix des jeux, sinon des raisons financières ? Au-delà de la beauté des exploits sportifs des athlètes, n’oublions pas que les JO sont aussi une machine à fric qu’il importe de faire fonctionner régulièrement si on veut qu’elle ne se rouille pas. Les citoyens japonais ne sont pas très contents. Car l’ardoise, ce sont leurs impôts qui la régleront, pas le comité olympique. Au rythme où vont le Covid et les mesures prises pour l’arrêter, le problème se posera sans doute identiquement pour Paris 2024.

Si vous voulez voir du Japon authentique et du sport, regardez plutôt les tournois de combats de sumos diffusés sur la chaîne L’Equipe chaque mercredi soir pendant l’été. Un arbitre vêtu d’un riche kimono observant deux colosses de 170 kg qui cherchent à se déséquilibrer – les combats sont brefs, avec des saisies et parfois quelques claques au visage –, c’est autre chose que le sport globalisé façon JO. •

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’information, nous avons besoin de votre aide. Depuis 1982, Présent se distingue de tous les quotidiens français :

  • De tous les médias dissidents, Présent est le seul qui soit un quotidien sur papier et en ligne.
  • Totalement indépendant, il est entièrement financé par ses lecteurs depuis sa création.
  • Bien que vendu en kiosques comme les autres quotidiens, Présent n'est jamais cité faisant ainsi l'objet d'une omerta unique dans l'histoire de la presse.
  • Toujours sur le fil du rasoir économique, jusqu'à maintenant Présent a survécu à toutes les crises (politiques, rédactionnelle) et les déficiences des monopoles (postaux et kiosquiers).
  • La liberté d'accéder à une information libre a un coût, de plus en plus élevé.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet de tenir notre place parmi les autres medias, libre et indépendant, et plus vous nous lirez et plus vous le ferez savoir, plus votre opinion sera partagée.
Alors si vous souhaitez garantir cette indépendance, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de Présent en permettant de garantir notre mission d’information.
Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet de construire dans l'avenir. Toute l’équipe vous en remercie.

Soutenez Présent dès 1€ :
Faire un don

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !