Connexion
S'abonner

Sainte Pélagie, veuve (584)

Elle était la mère de saint Yrieix. Saint Grégoire de Tours nous dit que, sentant la mort approcher, elle appela son fils et lui dit : « Je te prie, mon très doux enfant, de ne pas m’ensevelir avant le quatrième jour, afin que tous les serviteurs et servantes puissent voir mon corps, et que nul de ceux que j’ai nourris avec tant de soins ne soit frustré de mes obsèques » ; puis elle expira. Au quatrième jour, avant la mise en terre, un tel parfum émana du corps que tous étaient dans l’admiration. La nuit, un grand globe de feu apparut, qui se leva de l’Orient, courut par le cercle du ciel et s’arrêta sur l’église où gisait le corps de la défunte. Il couvrit subitement tout l’édifice d’une telle splendeur qu’on aurait pu se croire au milieu du jour. Le dimanche après l’enterrement, un cierge fut allumé à la tête de sa sépulture. Par économie, il fut éteint au moment où l’église fut fermée pour la nuit. Au petit matin, à l’ouverture de la basilique, on trouva le cierge allumé. Saint Grégoire ajoute que de nombreuses guérisons d’infirmes eurent lieu sur le tombeau de cette sainte religieuse. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !