Connexion
S'abonner

Saint Antonin d’Apamée, martyr (IVe)

Né à Aribazos en Syrie, Antonin était tailleur de pierres. Passant dans un village nommé Kapronagnidos et situé sans doute au voisinage d’Apamée, il rencontra des païens en train de célébrer la fête de leurs dieux. Il essaya de les persuader d’abandonner leur fausse religion, mais n’obtint aucun résultat. Deux ans plus tard, avec l’aide d’un anachorète nommé Théotime, il vint dans le village, pénétra dans le temple et cassa les idoles. Fier de son exploit, Antonin se rendit à Apamée où, d’accord avec l’évêque, il entreprit la construction d’une église dédiée à la sainte Trinité. La vengeance des païens n’était pas satisfaite : une nuit, ils vinrent le surprendre, le tuèrent et dépecèrent son corps. Il était âgé de 20 ans seulement. Au IXe, le monastère saint Antonin de Noble-Val en Rouergue possédait le chef et une partie du corps. Au Xe, l’abbaye de Frédelas possédait des reliques de saint Antonin : au XIIe, elle changea de nom et devint Apamia qui devait donner en français Pamiers. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !