Connexion
S'abonner

Le procès de Cassandre Fristot et les cornes du diable

Impressions d’audience

L’objet du délit.

Les quatre heures de plaidoiries des 13 associations parties civiles contre Cassandre Fristot, jeune enseignante de Moselle, réduisent l’accusation principale à la mise de cornes au mot « qui ». Ce mot était inscrit sur un panneau qu’elle brandissait le 7 août, lors d’une manifestation anti-passe sanitaire à Metz. Cassandre Fristot est victime des manœuvres de Darmanin pour discréditer [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !