Connexion
S'abonner

Cassandre Fristot : “Je ne regrette rien”

Cassandre Fristot est cette jeune femme qui a été jugée mercredi dernier pour une pancarte prétendument antisémite. La jeune professeur d’allemand avait brandi cette pancarte dans les rues de Metz, le 7 août dernier, lors d’une manifestation contre le passe sanitaire obligatoire. A l’évidence, Gérald Darmanin a cherché à instrumentaliser cette pancarte pour discréditer les manifestations du samedi et il a lancé la fine fleur de la police sur la piste de cette si dangereuse personne. Cassandre Fristot a été jugée dès le 8 septembre. Elle a été confrontée au discours haineux de treize parties civiles, dont la Maison des Potes et l’Ordre des médecins (sic !), en passant par le MRAP et une foule d’autres associations du prétendu antiracisme. Le procureur a demandé trois mois de prison. Nous aurons la décision des juges le 20 octobre.

Assiégée par les journalistes des plus grands (gros) médias, Cassandre Fristot a refusé toutes les interviews. Elle a fait une exception pour Présent. Voici le témoignage de cette jeune femme, désignée par le ministre de l’Intérieur à la vindicte populaire, et qui a fait l’objet d’un véritable lynchage médiatique.

Retrouvez ici notre entretien exclusif

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !