Connexion
S'abonner

Sainte Ragenfrède, abbesse de Denain (VIIIe siècle)

Sa mère s’appelait Reine. Elle était nièce de Pépin, roi des Francs. Elle épousa un des principaux seigneurs de la cour, Audebert, et en eut dix filles dont l’aînée s’appela Ragenfrède. Les dix filles décidèrent toutes d’un commun accord de vivre en « vierges sages » et leurs parents élevèrent pour elles à Denain un monastère dont l’église fut dédiée à Notre-Dame. A proximité, auprès d’une église dédiée à saint Martin, une communauté de clercs s’établit pour assurer le service divin. Cependant les dix sœurs, laissant à Denain les jeunes filles qui s’étaient jointes à elles, partirent en pèlerinage. Cinq allèrent jusqu’à Jérusalem et y moururent par faveur divine, tandis que quatre autres restées à Rome les rejoignaient au ciel. Ragenfrède, seule survivante, rentra à Denain après avoir repoussé les avances indiscrètes du jeune préfet de Rome. Audebert était mort et Reine s’était retirée au monastère qu’elle gouverna jusqu’à sa mort. Ragenfrède lui succéda. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !