Connexion
S'abonner

20e dimanche après la Pentecôte

« Mes frères, ayez soin de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetant le temps, parce que les jours sont mauvais. »

Racheter le temps… que veut dire saint Paul ?

Le temps… c’est un capital que Dieu nous confie, et dont il nous demande de faire bon usage. « Mon temps n’est qu’un instant, qu’une heure passagère… pour te plaire, oh mon Dieu, je n’ai qu’aujourd’hui. » La distorsion qui existe entre notre temps limité et l’éternité de Dieu où nous sommes attendus, et d’où il nous envoie grâces sur grâces et le Saint-Esprit en personne, exprime l’exil que nous connaissons sur cette terre, en attente de la vie éternelle.

Le temps durera la durée de notre exil : il existe une manière chrétienne d’utiliser son temps. Oublier que le temps est limité ou qu’il est celui de l’exil conduit certains à penser qu’il faut profiter de l’instant présent. Bien différente est la vision de l’Ecclésiaste. Après avoir dépeint la brièveté et la vanité de la vie, Il conclut : « Crains Dieu et observe ses commandements, c’est là tout l’homme. » Nous pouvons profiter des belles choses de la vie, parce que le Bon Dieu nous les donne, nous pouvons savourer l’instant présent, mais sans jamais oublier que Dieu fera passer toute œuvre en jugement et que l’essentiel réside dans l’obéissance à Dieu. Ceux qui, donc, prennent conscience que la vie passe vite et qui, dans le même temps, ont la perspective de l’éternité et la nécessité de la charité surnaturelle pour s’amasser des trésors dans le ciel plutôt que sur la terre, rachètent le temps qui leur est donné.

Demain est un cadeau incertain, il convient de renoncer à la paresse et de se mettre à l’œuvre pour agir maintenant en chrétien. La tentation de sombrer dans la nonchalance et dans l’oisiveté est grande et tous les prétextes sont bons… le monde nous donne tellement de distractions qui nous font oublier que « demain, nous mourrons ».

Si notre vie est un exil si court, pourquoi perdons-nous notre temps. A juste titre, nous sommes parfois étonnés que nos anciens aient construit tellement de choses tout en en faisant moins… la sagesse est de bien faire ce que l’on fait et de mener à terme ce que l’on a commencé. La sagesse consiste aussi à lutter contre les voleurs de temps… tout ce temps passé devant un miroir pour soigner un visage, tout ce temps passé à s’informer et à communiquer des informations futiles qui n’auront aucune importance dans notre vie et dans ce temps projeté dans l’éternité.

Racheter le temps parce que nous sommes exilés loin de notre patrie céleste : loin de nous laisser enivrer par le monde, nous devons plutôt « nous enivrer » de l’action du Saint Esprit. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !