Connexion
S'abonner

Qui donc surpeuple nos prisons ?

En taule, « on est traité comme des chiens », clamait au premier jour de son procès Salah Abdeslam. Si le logisticien des attentats du 13 novembre 2015 dispose pour sa part à Fleury-Mérogis de trois cellules dont l’une transformée en salle de sport, il a été à bonne école : celle de la gauche incarnée jusqu’à la caricature [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !